PARTAGEZ SUR :

Lors d’une résidence en Finlande, au coeur de journées de vingt heures de nuit, Marilisa Cosello demande aux gens des photos de leurs mariages, qu’elle rephotographie, de la façon la plus sombre possible, pour aller au plus près de l’illusion que représente pour elle le mariage. Moment parfait du rituel, auréolé de lumière, de strass et de blancheur, il éblouit comme éblouit le flash d’un appareil photo.





Saisis dans un moment parfait, en dehors du « temps des horloges », les mariés vivent la rencontre de leur moi réel et fictionnel, l’agrégation surréaliste de leurs personnes de chair et de sang et de leurs personnages d’une unique représentation. Coincés dans un espace temps entre fiction et réalité, où les paroles font acte – Je te prends pour époux -, les identités se brouillent, les noms et les rôles sociaux changent.

Comme dans une pièce de théâtre, il y a unité de temps, de lieu, d’action, avec actes, pauses, coulisses. Le drame grec plein phares, sans pop corn.





La promesse d’avenir du « oui » naît ici dans l’obscurité, véritable pari entre cécité éblouie et soif de fiction partagée. Cette représentation est autant celle que nous donnent et se donnent les mariés aveuglés, que celle qui naît du télescopage des images et des regards, comme autant de papillons de nuit voletant autour d’une lampe.






Toutes les images, « Matrimonio », © Marilisa Cosello. Découvrez ses autres travaux sur son site Internet : marilisacosello.com