PARTAGEZ SUR :

L’impression 3D révolutionne le monde. Que ce soit par la fabrication de prothèses en open source, la régénération d’os ou de peau, la production d’habitations à moindre coût pour les bidonvilles et les zones sinistrées, ou même, en cours d’étude à la NASA, par la production de nourriture, l’impression 3D, désormais à disposition de tous, démontre chaque jour ses possibilités infinies. Dans sa série « New Artificiality », Catherine Leutenegger montre ces maisons de demain imprimées en Chine, aussi peu chères que pas fiables.





Catherine Leutenegger est fascinée par les limites de l’impression 3D. Jusqu’où peut-on aller ? Quelles sont les limites techniques de ce moyen de production ? Que se passe-t-il en cas de bug ? Ou quand un glitch finit par justement, être imprimé ? Quelles questions de sécurité, ou d’éthique, aussi, cela va t’il poser, car on peut désormais imprimer des armes et des munitions. La photographe suisse suit de près ces évolutions et ces questionnements, et photographie les produits qui sortent des entreprises les plus à la pointe du secteur. Dont des maisons.





A Suzhou, près de Shanghai, Catherine a photographié les maisons témoins de la société chinoise WinSun. Les plus grands objets imprimés en 3D au monde. En 2014, ils ont imprimé dix maisons en vingt-quatre heures, et en 2015, ils ont créé un bâtiment de cinq étages et une villa de 1100 m². Leurs imprimantes font la taille d’un terrain de basket, l’encre provient de déchets de chantier recyclés, mêlée de ciment et de fibre de verre. Écologique, antisismique, et surtout, follement pas cher. Des maisons super low cost, aux éléments fabriqués à part, pour que l’encre puisse d’abord se déposer sur un support, puis assemblés.





Le nouveau matériau a déjà sa signature visuelle, les stries horizontales, et reste peu fiable, comme le montre Catherine dans ses images, entre état des lieux post sinistre et architecture de simulation. Des maisons rapides, pas chères, peu fiables, pas durables, des maisons de crise, qui font s’interroger sur la signification de foyer, de sécurité. Et d’avenir.

La maison en carton sauvera-t-elle le monde ? Pirouette cacahuète.










































Galerie rapide : cliquez sur une image pour tout visionner.



Toutes les images, « New Artificiality », © Catherine Leutenegger. Ce travail est exposé au festival des Journées photographiques de Bienne jusqu’au 28 mai 2017.

Découvrez ses autres travaux sur son site Internet : cleutenegger.com