Home Portfolios Le coup de coeur de l’ANI : Thomas Cristofoletti

Le coup de coeur de l’ANI : Thomas Cristofoletti

299
1
SHARE
Thomas Cristofoletti, 969 mouvement | coup de cœur de l'ANI à Visa pour l'Image

Comme chaque année depuis 12 ans, l’ANI, association nationale des iconographes, s’est installée au cœur du Palais des Congrès de Perpignan pour la semaine professionnelle du festival international du photojournalisme : Visa pour l’Image. Du 2 au 9 septembre, l’ANI rassemble ses dix iconographes et effectuent, tout au long de la journée, des lectures de portfolios pour les jeunes photojournalistes. Aujourd’hui, Our Age is Thirteen publie le portfolio de Thomas Cristofoletti, premier coup de cœur de ces lectures.





L’ANI, l’association d’une profession

Sur les 800 iconographes exerçant leur métier en France, près de 200 font partie de l’ANI, association fondée par Odile Andrieu en 1997. L’ANI est présent sur les grands festivals français comme les Rencontres d’Arles, Visa pour l’Image et les Promenades Photographiques de Vendôme. Leur mission ? Défendre le métier d’iconographe, qui depuis plusieurs années subit de lourds changements. Peu de formations permettent d’exercer ce métier et de nos jours ; dans un contexte de crise de la presse, ce corps de métier est le premier à souffrir des réductions de postes. Dans ce cadre et ce contexte, l’ANI développe des partenariats et des formations afin d’aider les iconographes à s’insérer sur le marché de la presse Web.





Une opportunité pour les photographes

Les lectures de portfolios permettent aux photojournalistes qui les présentent d’entrer dans le carnet d’adresses d’iconographes de la profession. Chaque année, près de 350 photographes montrent leur portfolio et environ 50 d’entre eux sont désignés en tant que « coups de cœur ». Exposés dans l’espace de l’ANI au sein du Palais des Congrès, grâce au partenariat avec Canon qui permet l’impression des tirages au quotidien, ces photographes coups de cœur sont soumis à un jury de professionnels en fin d’année. Parmi eux, les 3 lauréats désignés exposent au Bar Floréal, et l’un d’entre eux remporte le prix ANI-PixPalace de 5000 euros.





Le coup de cœur du jour, Thomas Cristofoletti

Thomas Christofoletti, photographe italien membre du collectif RUOM, a photographié le mouvement 969 en Birmanie, un groupement de moines qui s’opposent à la religion musulmane. Ce reportage réalisé en juin 2013 s’est distingué lors de cette première journée de lectures par sa qualité esthétique ainsi que son intérêt journalistique. Découvrez son sujet dans notre sélection portfolio de la semaine.



1 COMMENT

Comments are closed.