Le portrait junkfood, nouveau it des mannequins de mode

PARTAGEZ SUR :

Un compte Instagram anonyme s’amuse à agglomérer des photos de mannequins très minces posant avec de la junk food. Entre tendance et contrôle social, le phénomène est aussi amusant qu’effrayant.

En avril 2014, un anonyme décide de créer un compte Instagram qui agglomérerait des photos de mannequins se servant de la junk food comme un accessoire de mode. Chaque photo est légendée d’un commentaire acerbe suivi du hashtag #youdidnoteatthat (non, tu n’as pas mangé ça, en français).






► ► ► Cet article fait partie du dossier OAI13 fait sa Fashion Week

La nourriture, accessoire de mode

C’est après avoir observé une douzaine de blogueuses mode tentant de photographier des macarons avec une paire de lunettes avant de partir sans rien manger que l’anonyme de #Youdidnoteatthat s’est lancé dans sa périlleuse entreprise. Dans une interview au New York Magazine, il déclare ne pas avoir de grandes aspirations de critiques de la société ou autre, mais simplement vouloir montrer l’absurdité de ces images.

« Ils achètent une boîte de macarons, ou de doughnuts, ou une glace. Ils la photographient devant un lieu très connu, comme la Tour Eiffel, et ils posent avec un set très calculé de bagues et de bracelets et bam ! Ils ont une photo virale sur Instagram. »

Cette recette serait celle d’une image à milliers de likes sur Instagram. Et pour tout mannequin qui a besoin d’entretenir sa popularité sur le réseau, c’est une recette facile et rapide.





Chasse aux clichés…et aux sorcières

Après deux mois d’existence, #Youdidnoteatthat comptabilise plus de 100 000 followers pour 200 photos. D’où viennent toutes ces images ? De profils de réseaux sociaux de mannequins, mais aussi d’anonymes. Le créateur de #YDNET est en recherche perpétuelle de nouvelles images et de nombreux fans fournissent de l’aide dans cette quête. Nombreux sont les blogs et sites internet à avoir dénoncé cette chasse aux sorcières.
Sur Madmoizelle.com : « Dénoncer la double-contrainte sur l’alimentation (tu dois être mince mais sans te priver, comme tu dois être belle mais sans artifices sinon tu seras cataloguée superficielle) est important. Traiter de menteuses les jeunes femmes qui en sont victimes et se moquer d’elles n’est certainement pas le moyen de le faire. »

Sur le Huffington Post : « Critiquer une marque qui utilise la même fausse glace dans trois post différents, c’est une chose. […] Mais ce qu’une femme commande au restaurant, mange à un événement, ou cuisine, c’est quelque chose de complètement différent. Revendiquer publiquement que les femmes ne mangent pas ce qu’elles partagent car elles ne ‘pourraient’ pas consommer ces choses et en même temps avoir un ‘bon’ corps, c’est vraiment mal. »

Pour beaucoup de détracteurs de #YDNET, la photographie à outrance de nourriture par des personnes extrêmement mince – et particulièrement de junk food – est un symptôme de désordre alimentaire. Stigmatiser ce problème en s’en moquant ne serait donc pas la solution.





« Je suis bien dans mon corps, regardez-moi »

Avant d’être un phénomène de mode, la photographie sur Instagram répond d’abord à un besoin de communiquer. Que dit-on quand on photographie son corps parfait accompagné de junk food ? On déclare « oui, je suis mince, bien dans mon corps et je peux manger ce que je veux ». Suite aux nombreuses polémiques sur la maigreurs des mannequins, nombreuses sont celles à avoir voulu montrer qu’elle ne se privait pas pour rester les plus minces. Là où le compte Instagram #YDNET fait rire l’industrie de la mode, c’est qu’il dénonce le bullshit (le mensonge/la connerie, en français) dans cette communication personnelle. #YDNET déclare : « Non, les mannequins restent dans une situation de détresse alimentaire même si elles voudraient démontrer le contraire ».

Néanmoins, le procédé est très violent, prenant des allures de chasses aux sorcières en tournant en dérision les images de comptes Instagram personnels.



PARTAGEZ SUR :
Molly Benn a co-fondé OAI13 en septembre 2013. Elle en a été la rédactrice en chef jusqu'en 2015. Elle est maintenant Community Editor FR pour Instagram. Ses opinions sur OAI13 sont les siennes et pas celles d'Instagram.