Home Webphoto Photojournalisme : #EverydayAfrica fait des émules dans le monde entier

Photojournalisme : #EverydayAfrica fait des émules dans le monde entier

404
1
SHARE

Il y a environ un an, des photojournalistes spécialisés sur le territoire africain se décident à créer un compte Instagram où ils posteraient des clichés de la vie « normale » en Afrique, afin d’équilibrer les images de famine, de pauvreté et de guerre qui circulent dans les médias occidentaux. Le projet s’appelle Everyday Africa. Un an plus tard, une petite dizaine de comptes Instagram de ce genre se sont créés à l’échelle du monde : Everyday Asia, Everyday Middle East, Everyday Somalia, Everyday EasternEurope…. Retour sur ce phénomène.








« Photographier le normal »

Peter Di Campo et Austin Merrill sont photojournalistes. Spécialisés sur le territoire africain, ils documentent depuis de nombreuses années les catastrophes et les problèmes humanitaires. Malgré ce travail important d’information, ils regrettaient de ne pas pouvoir montrer la vraie vie quotidienne en Afrique. Ensemble, ils décident de profiter de l’aspect communautaire d’Instagram pour y poster des scènes de vie normale en Afrique. Ils baptisent leur compte Everyday Africa. Dès les premières images, ils décident de demander à plusieurs photographes résidents en Afrique d’y participer.





Rapidement, un groupe de 18 photographes se constitue. Parmi eux, on retrouve Andrew Esiebo et Emeka Okereke, photographes nigérians, Nana Kofi Acquah, photographe ghanéen, mais aussi Shannon Jensen, photographe américaine spécialisée sur l’Afrique de l’Est, Charlie Shoemaker, basé en Afrique du Sud…

Le co-fondateur Peter Di Campo explique au National Geographic : « Je trouve que le photojournalisme devient souvent illustratif. Et c’est cette volonté que nous avons de toujours aller chercher une histoire (souvent négative) et l’illustrer avec des images qui correspondent à cette histoire, qui nous fait construire des stéréotypes. Nous avons ressenti le besoin de montrer au monde la vie normale en Afrique; et nous nous sommes servis de l’aspect casual de la smartphonographie et l’immédiateté d’Instagram et Tumblr pour le faire ».








Everyday dans le monde

Un an plus tard, Everyday Africa comptabilise presque 100 000 abonnés. Mais la vraie réussite ne se situe pas tellement dans le nombre d’abonnés sur Instagram, mais plutôt dans le nombre d’initiatives similaires qui ont suivies. En effet, de nombreux photographes des quatre coins du monde ont voulu montrer leur vie quotidienne en déjouant les clichés véhiculés par les médias : Everyday Asia, Everyday Middle East, Everyday Eastern Europe, Everyday Somalia, Everyday Iran. Tenus par des photographes professionnels ou amateurs, ces comptes Instagram répondent au même besoin de montrer son lieu de vie sans filtre médiatique, simplement comme il est, au jour le jour.






SHARE
Previous articleLa vie sous l’eau est fascinante ! | Erwan Morère
Next articleRevue Web | 06.08.14
Molly Benn a co-fondé OAI13 en septembre 2013. Elle en a été la rédactrice en chef jusqu'en 2015. Elle est maintenant Community Editor FR pour Instagram. Ses opinions sur OAI13 sont les siennes et pas celles d'Instagram.

1 COMMENT

Comments are closed.