Home Mode Cinémagraphes : les gifs version mode de Jamie Beck et Kevin Burg

Cinémagraphes : les gifs version mode de Jamie Beck et Kevin Burg

20388
0
SHARE
Jamie Beck et Kevin Burg

[box]Cet article fait partie du dossier de la semaine du 20.01.14 : Mode et photographie[/box]

Le « cinemagraph » est une marque déposée. Traduit par cinémagraphe en français, il est le résultat d’un moment cinématographique avec une photographie. Déposé par Jamie Beck, photographe, et Kevin Burg, graphiste, le cinémagraphe a conquis la photographie de mode.



Jamie Beck et Kevin Burg

© Jamie Beck et Kevin Burg


Alors que le gif animé existe depuis de nombreuses années, les cinémagraphes de Jamie Beck et Kevin Burg l’ont remis à la mode, dépoussiérant son côté un peu ringard qui lui collait à la peau depuis le début des années 2000. Jamie Beck et Kevin Burg ont « cinémagraphié » la Fashion Week new yorkaise en 2011 et les collections d’Oscar de la Renta, avant de créer un véritable phénomène autour de leurs images animées.

Pour information, la série de cinémagraphes autour des créations d’Oscar de la Renta a été partagée sur 55 000 blogs Tumblr et vue environ 2 millions de fois sur cette seule plateforme. On a pu observer récemment des photographies animées sur quelques éditions du Vogue US sur tablette. La photographie de mode sera-t-elle faite de gifs animés ? Rencontre avec Kevin Burg, co-créateur du Cinémagraphe.



© Jamie Beck et Kevin Burg


OAI13 : Comment avez-vous commencé à faire des cinémagraphes ? Pourquoi ?
Kevin Burg : Je me suis mis aux cinémagraphes par une série d’expérimentations que je testais pour mon blog. Je prenais des morceaux de vidéos tirées de clips télé ou de films pour créer des courtes séquences qui tournent en boucle. Je masquais certaines zones de l’image afin de réduire son poids et cela me permettait de concentrer l’attention du spectateur sur un détail de l’image : l’élément animé. Finalement, Jamie et moi avons commencé à faire des créations originales, et le projet est devenu assez excitant. Nous étions conscients du potentiel de ce type d’images et nous avons décidé d’explorer le medium. Nous y avons consacré beaucoup de temps et d’énergie.

OAI13 : Pourquoi avez-vous amené la technique du cinémagraphe sur les shootings de mode ?
K. B. : Nous avons réalisé nos premiers cinémagraphes de mode durant la Fashion Week de New York… Dans leur « jus » en quelque sorte. Nous avions fait beaucoup de prises de vues durant la Fashion Week. Nous avons donc pu créer beaucoup de cinémagraphes et apprendre très vite ce qui est possible et ce qui fonctionne bien. Jamie puis ses racines dans la photographie de mode. Nous revenions toujours à ce genre dans notre production de cinémagraphes.



© Jamie Beck et Kevin Burg


OAI13 : Quelles sont les difficultés techniques que vous pouvez rencontrer sur un cinémagraphe de mode ?
K. B. : On réalise les cinémagraphes avec les meilleures caméras possibles. Pour le moment, on utilise une Red Epic, une caméra utilisée particulièrement sur les longs-métrages et à la télévision. Techniquement, c’est beaucoup plus lourd à gérer que n’importe quel appareil photo. Nous nous retrouvons toujours avec des images très lourdes. La gestion des données et des sauvegardes est très compliquée. Néanmoins, l’investissement vaut le coup si l’on veut obtenir la meilleure image possible.

OAI13 : Considérez-vous le cinémagraphe différemment d’une simple photographie ?
K. B. : Pour nous, le cinémagraphe est en effet assez similaire à une photographie. Un bon cinémagraphe est avant tout une bonne photographie, mais avec un élément animé. Ce détail doit améliorer la photo et soutenir l’histoire que nous racontons. Il doit apporter quelque chose à l’image et non la gâcher par une animation inutile.



© Jamie Beck et Kevin Burg


OAI13 : Qu’est-ce que les cinémagraphes apportent à la photographie de mode ?
K. B. : La mode est provocatrice et la photographie de mode a toujours poussé les limites du médium pour montrer des nouvelles choses. Nous croyons que montrer du mouvement dans un vêtement ou sur une mannequin donne de la vie et une énergie à la photographie de mode. Nous intégrons souvent des cinémagraphes dans des séries éditoriales faites d’images fixes. Ainsi, le cliché animé crée la surprise. Tout comme certaines séries photos sont accompagnées d’une vidéo, un cinémagraphe est un soutien à la narration photographique.

OAI13 : Quels sont vos champs d’exploration autour du cinémagraphe ?
K. B. : Nous travaillons sur du paysage, du portrait, de la photographie culinaire et urbaine. Tout ce qui a été photographié peut être vu à travers le cinémagraphe. C’est excitant d’expérimenter tous les jours et de participer à la création de quelque chose de neuf.

Site internet : annstreetstudio.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here