Home Non classé PHPA s’engage pour la photographie émergente

PHPA s’engage pour la photographie émergente

1306
1
SHARE
Daphné Rocou, lauréate PHPA 2013

Depuis 2006, le prix Photo d’Hôtel Photos d’Auteur (PHPA) propose à des photographes émergents de réaliser des images dans un des cinq hôtels du groupe Hôtels Paris Rive Gauche. Nathalie Déposé, Arnaud Chambon, Baptiste de Ville d’Avray, Tilby Vattard, Juliette Bates, Laurent Lafolie, Bénédicte Hébert, Samuel Hense, Emmanuelle Brisson, Aurore Valade, Cécile Henryon et la lauréate Daphné Rocou ont tous été invité à passer une nuit dans l’hôtel de la Belle Juliette, de la Sorbonne, du Panthéon, du Jardin de l’Odéon ou dans l’hôtel des Grands Hommes. Aux côtés de l’artiste invitée, Ursula Kraft, ils exposent leurs œuvres jusqu’au 28 septembre à la galerie Esther Woerdehoff. Plus qu’un accompagnement ou de la visibilité, le prix PHPA s’inscrit dans une démarche de professionnalisation de la photographie émergente. De la première commande à la première exposition en galerie…plus que quelques pas avant la première vente ! Our Age Is Thirteen a rencontré Alain Bisotti, directeur d’exploitation, marketing et communication des Hôtels Paris Rive Gauche et créateur du prix PHPA.

[columns width= »1/2″]

PHPA, une première commande

« Quand j’ai commencé à travailler avec les hôtels, j’ai trouvé que toute l’iconographie de ces lieux était assez ennuyeuse ». Parti de ce constat, Alain Bisotti s’est mis à réfléchir à un concept pour faire produire des images avec une identité artistique forte qui habiteraient ensuite les hôtels. Une première expérience de commande avec le photographe Jérôme d’Almeida et une rencontre avec Marion Hislen, présidente de l’association Fetart, mènent Alain Bisotti vers un projet d’appel à candidatures annuel accompagné d’un prix : chaque année, 12 photographes sont sélectionnés pour la particularité de leur regard artistique, parmi les nombreux dossiers envoyés. Invités pour une nuit dans un hôtel, ils doivent y produire une image et un texte que l’univers de l’hôtel leur aura inspiré. Sur ces 12 photographes, l’un d’entre eux est ensuite nommé lauréat et se voit remettre le prix PHPA de 3000 €.

[pullquote type= »2″] »Le travail sous contraintes, je trouve ça intéressant pour un photographe. »

– Alain Bisotti

[/pullquote]

En n’exposant pas les séries personnelles des photographes, mais en poussant les jeunes artistes à proposer une image sur un sujet tout en l’intégrant à leur univers, PHPA réussit à créer un prix professionnel pour la photographie. L’expérience de commande, d’editing, la présentation de l’image à un « client », l’exposition en galerie, la mise en place d’un prix pour son image et enfin la vente même de l’image, tous ces aspects permettent au photographe de sauter dans une véritable expérience professionnelle.

 

Encourager les jeunes photographes à vendre

Aujourd’hui comment accompagner la jeune photographie ? Festivals et expositions à thèmes lui donne visibilité, mais qui la fait vivre ? Pour PHPA, il est essentiel d’encourager les jeunes photographes à vendre leurs images.

[pullquote type= »2″] »Un photographe est jeune quand il n’a pas encore vendu. »

– Alain Bisotti

[/pullquote]

« Je me rends compte que chaque année, au moment où Esther Woerdehoff prend contact avec les photographes pour la mise en place du prix, le résultat est toujours catastrophique. La plupart d’entre eux ne savent pas, certains ne veulent vendre qu’un seul exemplaire, d’autres ne veulent pas vendre du tout. Il faut vendre ses images ! Il faut que les gens achètent ! Une galerie ce n’est pas un musée, c’est un commerce ! », Alain Bisotti.

L’appel à candidature pour la saison 2014 de PHPA est lancée. Avis aux jeunes photographes, vous pouvez postuler jusqu’au 10 novembre.

Télécharger l’appel à candidature
[/columns]
[columns width= »1/2″ last= »true »]
[box type= »1″ width= »540″]

FOCUS VIDEO

Le choix du lauréat 2013 expliqué par Alain Bisotti

Alain Bisotti, directeur d’exploitation, marketing et communication des Hôtels Paris Rive Gauche, s’exprime sur le choix de la lauréate. Face aux deux images qui sortaient du lots au moment du jury, celle de Daphné Rocou et celle de Juliette Bates, le poids politique, historique et culturel de l’œuvre de Daphné a fait pencher la balance.

[/box]

Daphné Rocou | La génération du Mataora

Daphné Rocou, lauréate PHPA 2013

En 1945, à la veille de la guerre civile en Grèce, une centaine d’étudiant grecs sont envoyé à Paris, sur un bateau appelé Mataora, pour pouvoir y étudier. À leur arrivée, ils logent à la Cité universitaire et dans des hôtels de la rive gauche. Daphné Rocou a réalisé une image, dans l’hôtel du Jardin de l’Odéon, où elle rend hommage à ces étudiants devenus intellectuels et à la solidarité qui a pu animé les acteurs de cette histoire.

[/columns]

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here