Home La Question Photo La photo peut-elle être un art brut ?

La photo peut-elle être un art brut ?

114
1
SHARE

Aujourd’hui, l’art brut ne fait plus débat. Il a intégré le champ de l’histoire des arts. Il a sa place dans les musées, certains lui sont même consacrés. Mais, plus que les autres arts, l’art brut reste encore un terrain ouvert, une histoire en construction. Pour se revitaliser, il doit faire surgir de nouveaux artistes, intégrant des médiums et des pratiques nouvelles. Alors, depuis quelques années, la photographie semble de plus en plus faire son entrée dans l’art brut. Coup marketing, accouchement au forceps ou théorie justifiée : peut-on réellement parler de photo brute ?



Miroslav Tichý en action
Miroslav Tichý en action


Le terme d’art brut apparaît en 1945 sous la plume du peintre Jean Dubuffet : à l’origine, il désigne les productions artistiques de personnes qui n’ont pas reçu de culture artistique. Avantage : il désigne de façon plus respectable ce que l’on appelait précédemment l’art des fous. On verra plus loin que le terme et la conception vont évoluer, s’élargir pour englober des démarches artistiques marginales et obsessionnelles, et délaisser le critère trop réducteur de l’absence de culture artistique.

Disons le tout net : pendant des années, le monde de l’art brut n’a eu qu’un seul et unique exemple à brandir pour évoquer un artiste brut appuyant sa pratique sur la photographie. Celui du tchèque Miroslav Tichý. Découvert à la fin des années 90, précisément au moment où il arrête sa pratique photographique. Sur lui, se concentrent presque toutes les caractéristiques permettant de labéliser un artiste comme artiste brut.



L'appareil photo de Miroslav Tichý
L’appareil photo de Miroslav Tichý


Une pratique obsessionnelle : pendant vingt ans, Tichý photographie des femmes à la dérobée. Et, en bon voyeur, surtout leur corps puisqu’il resserre souvent le cadre sur les parties sexuées. Une pratique amateur quasi-artisanale : Tichý bricole son propre appareil photo qui est presque une œuvre en soi. Rapiécé comme un vieux vêtement, pansé comme un grand blessé de guerre, aussi informe et composite qu’un fétiche africain, l’appareil de Tichý contribue grandement à sa mythologie. Mais Tichy assemble aussi son agrandisseur, réalise ses tirages et ses encadrements. Taches, rayures, moisissures, aspect trash, augmentent l’identification à l’art brut. Et bien sûr, sa pratique se déroule à l’écart du monde de l’art, elle ne le vise nullement. Les images ? Parfois indéniablement riches et puissantes (flous sensuels, poses suggestives), d’autres fois un peu plates : c’est plus leur ensemble qui fait œuvre que les qualités individuelles des photos. Tichý, avec sa dégaine, son obsession programmatique, les troubles psychiques que l’on devine derrière, est l’emblème du photographe brut. Problème : il est le seul.



Miroslav Tichý
Miroslav Tichý



Miroslav Tichý
Miroslav Tichý



Miroslav Tichý
Miroslav Tichý


Pourtant des noms d’artistes représentés par les galeries spécialisées dans l’art brut surgissent et posent régulièrement la question : par quel critère un artiste est-il estampillé artiste brut plutôt qu’artiste officiel ? Après tout, Vivian Maier présente pas mal de caractéristiques pour être candidate : œuvre pratiquée en marge de la reconnaissance artistique, obsessions intimes (l’autoportrait), découverte tardive, etc… Seulement voilà : elle n’est pas trash, sa photo est propre, bien léchée, rien d’artisanal dans tout ça. Pour Vivian Maier, le storytelling choisira une autre voie.



Vivian Maier
Vivian Maier


Donc, des noms : Albert Moser réalise pendant 25 ans des centaines de photos panoramiques. Il assemble les triages amateurs 10×15 avec des ciseaux, de la colle et du scotch : c’est là qu’est l’art brut. A moins qu’il ne réside dans le fait qu’Albert Moser ait été diagnostiqué autiste. L’idée serait alors étrange : un autiste ne pourrait pas faire un art autre que brut ? A l’ère des logiciels permettant d’assembler les images, Moser aurait peut-être travaillé autrement…



Albert Moser
Albert Moser



Albert Moser
Albert Moser


Eugene Von Bruenchenhein réalise des centaines de portraits de sa femme Marie, plus ou moins mise en scène. Visiblement, il l’aimait bien. Il était un peu fou aussi : voyant un signe fort dans la conjonction entre sa naissance et le passage de la comète de Halley, il était persuadé que les dieux lui avaient donné le génie artistique.Une pathologie qu’on retrouve chez des artistes parfaitement sains d’esprit. Et puis, il bénéficie de la reconnaissance d’une star de la photo : Cindy Sherman. Consécration assurée.



Eugene Von Bruenchenhein
Eugene Von Bruenchenhein



Eugene Von Bruenchenhein
Eugene Von Bruenchenhein


Zdenek Kosek a aussi quelques épisodes psychiques difficiles : J’étais le maître du monde et j’avais l’énorme responsabilité de résoudre tous les problèmes de l’humanité. Si je ne les résolvais pas, qui d’autre le ferait ? Ses diagrammes ésotériques dessinés sur des images de magazines pornographiques apparaissent comme des formules destinées à conjurer les menaces de l’Histoire.



Zdenek Kosek
Zdenek Kosek



Zdenek Kosek
Zdenek Kosek


Ou encore (et la liste n’est pas close) Horst Ademeit compilant des polaroids griffonés de remarques et mesures scientifiques (?) dénonçant l’influence nocive des rayons froids. De l’art ? Peut-être…



Horst Ademeit
Horst Ademeit



Horst Ademeit
Horst Ademeit


Après tout, qu’une pratique soit obsessionnelle et rejoigne des codes artistiques ne devrait pas suffire à l’intégrer à l’art. De plus,il est certes intéressant que la photographie soit métissée (avec du dessin, de l’écriture), mais cela relève plutôt d’une lecture contemporaine de la photographie. Enfin, que la découverte d’un artiste soit tardive ou posthume fait surtout l’affaire de ceux qui vont exploiter le phénomène. Mais surtout, ces artistes amateurs qui n’ont jamais exposé ni-même pensé à le faire, constituent une matière première totalement malléable pour ceux qui la montrent : certains commissaires et galeristes peuvent plier les œuvres à une présentation et une mise en espace qui va tirer les œuvres du côté de pratiques artistiques contemporaines. Elles semblent même presque les annoncer, comme une avant-garde singulière et méconnue.

En dehors de Tichý, le terme d’art brut appliqué à la photographie semble donc plutôt discutable.La photo brute n’est peut-être qu’une catégorie artificielle, un phénomène inventé de toutes pièces…



Merci à Olga Caldas (Responsable Communication et Partenariats à la Halle Saint-Pierre) pour nos échanges constructifs sur le sujet

Mise à jour – Une petite fiche bricolage en bonus – le 11/03/15 à 09:43



SHARE
Previous articleRevue Web | 10.03.15
Next articleLes voyages italiens de Bernard Plossu
Bruno Dubreuil enseigne la photographie au centre Verdier (Paris Xe) depuis 2000. Il se pose beaucoup de questions sur la photographie et y répond dans OAI13.

1 COMMENT

Comments are closed.