Des photographes en quête d’espaces sauvages

PARTAGEZ SUR :

On a beau aimer le fourmillement de la ville et les rapports humains qu’elle engendre, contempler une nature sauvage où aucune trace humaine n’arrête le regard en fait rêver plus d’un. Ca tombe bien, cette semaine, OAI13 stimule votre imagination en vous proposant une série de portfolio qui vous plongera en pleine nature et qui questionne les rapports que l’on entretient avec elle.


Bastian-Kalous-13© Bastian Kalous


Les étendues sauvages, ma maison, mon studio photo

Si Bastian Kalous a des rêves de grandeur, ceux-ci sont à l’image de sa simplicité. Ce n’est pas l’immensité des villes qui l’attire, mais celle de la forêt. Avec comme compagnons d’errance, sa femme et son chien, cet infirmier bavarois a fait des arbres et des grandes étendues sa nourriture spirituelle.


samantha-sealy-11© Samantha Sealy


Une (in)quiétude venue des forêts, Samantha Sealy

Samantha Sealy aspire à un autre monde. A travers ses photos, elle laisse libre cours à son imagination et à ses rêves de fusion de l’homme avec son environnement. Son travail est tant un hymne poétique à la nature qu’un appel à en prendre soin.


laurent-villeret_01© Laurent Villeret


Au nord de l’Onirie, le pays imaginaire de Laurent Villeret

Laurent Villeret est fou d’espaces inhabités et indomptés. Voyageant au 4 coins du monde depuis 10 ans pour capturer des photos venant nourrir son projet de pays imaginaire, le photographe a passé une partie de l’hiver dernier en Gaspésie. Son objectif, revenir avec des images de glaçons et de forêts enneigés. Interview avec un artiste qui veut partager ses rêves.


dany-Peschl-11© Dany Peschl


Il photographie les montagnes en écoutant du blackmetal

Dany Peschl est un photographe norvégien né en 1978 et vivant entre Berlin et New-York. Inquiétante, sombre et oppressante, sa série de photos To the mountains nous fait ressentir un malaise que l’on n’arrive pas à nommer. Comme si, dans cette nature où seuls les arbres et les montagnes arrêtent notre regard, tout ce qui, en nous, n’ose se montrer, trouvait enfin un espace vierge où se déployer.


Polly-Balitro-10© Polly Balitro


Les paysages finlandais ne seront jamais comme avant

En Finlande, de Helsinki – à l’extrême sud – au village de Kilpisjärvi – à l’extrême nord, il y a environ 5 millions d’habitants, mais surtout des espaces naturels à perte de vue. La photographe italienne Polly Balitro est tombée sous le charme de ces paysages et en a fait sa terre d’adoption. Assoiffée de nature sauvage, ses randonnées l’ont amené à parcourir la Finlande de fonds en comble et à en déceler les transformations.



Dossier précédent
Dossier Suivant