PARTAGEZ SUR :

Bruno revient sur un gif qui a particulièrement tourné sur Internet ces derniers jours.

Ce n’est rien du tout. Juste un gif animé qui tourne en boucle et se partage (beaucoup). Comme si on l’attendait, comme s’il résumait à lui tout seul un gros paquet d’idées. Percutant.



tumblr_o4rmfzOvmC1v5ijj7o1_500

Des siècles de littérature, de conjectures sur le moi intérieur et le moi profond. De philosophes réfléchissant sur le monde des apparences. D’artistes interrogeant les illusions. Le tout résumé dans un gif bien balancé. Un gif réalisé par Adam Pizurny. Liké par Platon, Pascal, Hume, Kant, Hegel, Courbet, Proust, Woolf, Rabindranath Tagore, Levinas, Beckett, Gillian Wearing et Cindy Sherman.

Un peu facile, le name-dropping ? Réessayons.

Et d’abord, ce gif, qu’a-t-il de plus que d’autres gifs de cet auteur ? En quoi serait-il plus réussi (ou plus consensuel) que le même visage froissé ou criblé de trou comme une neige fondant sous la pluie ? Un champ de réflexion qui s’ouvre dans plusieurs directions.

Un : la phrase de François Cheval, directeur du musée Nicephore Niepce : « la photographie a été inventée pour faire face ». Ici, faire face au visage de l’Autre. Ou à son propre reflet dans le miroir. Et éprouver la fragilité des apparences. Tour de magie : le magicien recouvre l’objet de son foulard rouge et d’une secousse, pouf ! le fait disparaître.

Remontent alors à la mémoire les pages de Proust sur le moi insaisissable, toujours changeant. Ou bien Nadar parlant du vertige photographique face au portrait, forcément vrai à chaque pose, à chaque seconde.

Deux : une leçon de morale. Il suffit d’un souffle pour dégonfler notre égo. Ce que nous accumulons, ce que nous poursuivons n’a guère de consistance. Il en sera de même de l’orgueil qui nous pousse : pouf ! Le moi intérieur (l’âme ?) ne pèse rien, une simple secousse (le dernier instant ?) suffira à tout effacer instantanément. Métaphysique.

Trois : une forme efficace qui tourne en dérision le visage et sa capacité à porter notre identité. Et si notre identité n’était qu’un masque ?

Rarement une forme courte n’a atteint une telle capacité à donner image à des questionnements si divers et à les unir dans sa synthèse visuelle. Le visage n’est qu’une image fugitive. L’image n’est qu’une enveloppe vide. Pouf !

Dernière minute : en ce premier avril, Adam Pizurny publie un nouveau gif percutant. A nouveau, l’image comme surface…

http://adampizurny.tumblr.com/post/142058146580/softbody02



PARTAGEZ SUR :
Bruno Dubreuil enseigne la photographie au centre Verdier (Paris Xe) depuis 2000. Il se pose beaucoup de questions sur la photographie et y répond dans OAI13.