Home Non classé Nicola Lo Calzo, photographe italien, expose au Nigeria

Nicola Lo Calzo, photographe italien, expose au Nigeria

1796
0
SHARE
Inside Niger, Nicola lo Calzo

[box]Cet article fait partie du dossier de la semaine du 21.10.13 : Nouveaux regards sur l’Afrique[/box]

Le 26 octobre s’ouvre, au Nigeria, la 4e édition du festival photographique de Lagos. Le thème de cette année se résume en ces termes « the Megacity and the non-city ». Cette invitation à considérer le XXIe siècle dans son développement urbain mais aussi numérique, nous mène sur des travaux différents et variés : du photojournalisme d’Akintunde Akinleye aux fictions de Cristina de Middel, près de 50 photographes de 15 pays différents se partagent l’affiche de ce festival. Parmi eux, Nicola Lo Calzo qui propose sa série « Inside Niger » récemment publiée aux éditions Kehrer. Ce photographe italien basé à Paris a travaillé sur la relation entre l’homme et le paysage dans une région particulièrement fragile : le Sahel. Rencontre et découverte en trois questions.



Inside Niger, Nicola lo Calzo

OAI13 : En quoi consiste ta série « Inside Niger »?
Nicola Lo Calzo : Le projet « Inside Niger » est un récit de voyage, réalisé au Niger en 2009, et dont un livre a été récemment publié aux éditions Kehrer. Plus précisément, il s’agit d’une galerie de portraits et des paysages dans lesquels je m’intéresse à la relation symbiotique entre l’homme et le paysage fluvial, dans une des régions les plus fragiles de la planète : le Sahel. Au Niger, où l’économie est entièrement concentrée autour des rives du fleuve homonyme, les changements climatiques et les exploitations pétrolières, en œuvre par les grandes multinationales, menacent la vie des riverains. Ensabler le fleuve signifie aussi ensabler ses mythes, comme souligne de façon extralucide l’ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré : « «Nous avons plus que jamais besoin de cette solidarité pour conjurer le péril écologique qui guette le fleuve Niger. Les changements climatiques nous ont non seulement pris nos terres, nos pâturages, nos cours d’eau, mais nous ont dépossédé de nos mythes. » Je pense que cette phrase résume très bien la valeur que le fleuve a auprès des ses riverains, source d’économie et à la fois source de culture et de spiritualité. Cette tension entre réalité et mythe est au cœur de ma démarche.



Inside Niger, Nicola lo Calzo

OAI13 : Tu travailles depuis longtemps sur l’Afrique, pourquoi ?
N-L-C : La plupart de mes photographies questionnent la relation de l’Homme à son environnement. De « Morgante » à « Inside Niger », jusqu’à mon actuel projet mémoriel « Cham », je m’intéresse à des groupes sociaux marginaux ou marginalisés. Je souhaite explorer leur stratégie de survie dans un monde de plus en plus normalisé et normalisant. J’appartiens moi même à une « minorité », et je pense que cela est une des raisons principales parla quelle je me sent profondément concerné par ces sujets. Dans ces termes, je pourrais aussi expliquer mon vif intérêt pour l’Afrique qui est né avant tout à partir des mes rencontres personnelles avec la petite communauté noire de Turin, ma ville d’origine, et puis ensuite à Paris. Les questions d’identité, de genre, de « race », sont le moteur de mes travaux, notamment en Afrique.



Inside Niger, Nicola lo Calzo

OAI13 : A ton avis, quelle vision donnes-tu des pays que tu documentes en images ?
N-L-C : J’essaye d’équilibrer chaque histoire entre deux approches : documentaire, qui aspire a documenter une réalité « objective » propre de l’histoire et du temps historique, et « poétique » (selon la définition de Gaston Bachelard), qui aspire plutôt a restituer une vérité primordiale, qui est hors du temps historique et qui relève ainsi du mythe. Mais les meilleures personnes qui peuvent répondre à cette question sont les Africains eux-mêmes, et au vu des retours et échanges auxquels je suis amené à avoir, je suis satisfait. L’invitation à participer au LagosPhoto festival est un honneur.

[box type= »1″]

La programmation de Lagos Photo 2013

[list]

  • Les photographes

    Leonce Raphael Agbodjelou (Bénin), Akintunde Akinleye (Nigeria) Kelechi Amadi-Obi (Nigeria), Jelili Atiku (Nigeria), Adam Broomberg and Oliver Chanarin (Afrique du Sud/Royaume Uni), Kudzanai Chiurai (Zimbabwe), Marc C. (USA), Jerome Delay (France), Samuel Fosso (Cameroun), Glenna Gordon (USA), Jane Hahn (USA), Jan Hoek (Pays-Bas), Ayana V. Jackson (USA), Samuel James (USA), Cyrus Kabiru (Kenya), Namsa Leuba (Belgique), Nicola Lo Calzo (Italie), Obinna Makata (Nigeria), Cristina de Middel (Espagne), Anthony Monday (Nigeria), Hauwa Mukan (Nigeria), Obi Nwokedi (Nigeria/UK), Lakin Ogunbanwo (Nigeria), Karl Ohiri and Sayad Hassan (Royaume Uni), Uche Okpa-Iroha (Nigeria), Adeola Olagunju (Nigeria), Joe Penney (USA), Ahmet Polat and Erik Vroons (Turquie/Pays Bas), Lindsay Sawyer (Royaume Uni), Mouhamadou Sow (Sénégal), Andrea Stultiens (Pays Bas), Afose Sulayman (Nigeria), THANKSTHANKSAFRICA (Nigeria/Canada), Charles Placide-Tossou (Bénin), Patrick Willocq (France), Hans Wilschut (Pays Bas).

  • Evènements complémentaires

    Une exposition World Press Photo, une exposition POPCAP’13, un programme d’échange avec le Fotobook Project, un programme d’échange entre Neue Schule für Fotografie de Berlin et le festival, lectures de portfolios, workshops, concours.

Informations utiles

[/box]


Inside Niger, Nicola lo Calzo


Inside Niger, Nicola lo Calzo


Inside Niger, Nicola lo Calzo


Inside Niger, Nicola lo Calzo


Inside Niger, Nicola lo Calzo


Inside Niger, Nicola lo Calzo


Inside Niger, Nicola lo Calzo


Crédit photos : Nicola Lo Calzo

Site internet : nicolalocalzo.com



[box]Cet article fait partie du dossier de la semaine du 21.10.13 : Nouveaux regards sur l’Afrique[/box]

SHARE
Previous articleRevue Web | 24.10.13
Next articleLe choix du curieux #03
Molly Benn a co-fondé OAI13 en septembre 2013. Elle en a été la rédactrice en chef jusqu'en 2015. Elle est maintenant Community Editor FR pour Instagram. Ses opinions sur OAI13 sont les siennes et pas celles d'Instagram.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here