Home Non classé La première du festival Circulation(s) : « une course contre le temps, à...

La première du festival Circulation(s) : « une course contre le temps, à la limite de l’inconscience »

288
0
SHARE

editorial

Depuis le 7 février et jusqu’au 16 mars 2014 se déroule au 104 la 4e édition du festival Circulation(s) dédié à la jeune photographie européenne. Dans le cadre de notre semaine sur les première fois, Carine Dolek, membre de l’association de bénévoles Fetart nous raconte la mise en place de la 1re édition : un parcours du combattant, certes, mais effectué en équipe et avec une envie implacable de réussite.

[columns width= »2/3″]

De l’idée au projet

L’idée du festival Circulation(s) est née en 2008 à l’occasion d’une exposition qui portait le même nom et qu’on organisait dans le cadre du Off du Mois de la photo. À cette époque, on organisait surtout des expositions itinérantes. On avait déjà acquis de l’expérience, un réseau, des partenaires, et on arrivait à un moment où on avait envie de passer à la vitesse supérieure. L’exposition Circulation(s) de 2008 constituait la première collaboration avec des photographes étrangers. Il y régnait une énergie qui nous a beaucoup plu. Cette expo a eu tellement de succès qu’on a du refuser des gens à l’entrée. On a eu envie de porter cette expérience plus loin. On a donc monté un dossier pour créer un évènement annuel. Quand j’y repense, c’était du délire. Toutes les filles de l’association Fetart avaient un emploi. On y consacrait toutes nos soirées et nos week-ends.

Objectif n°1 : trouver un lieu

Il a fallu que l’on trouve un lieu. On voulait l’impossible : un bel endroit, gratuit, disponible pendant au moins un mois. On a commencé le jeu des rendez-vous. On est passé par des hauts et des bas. L’espoir laissait parfois place au découragement, avant que l’on reprenne espoir encore. Je me souviens très bien du rendez-vous qui a déclenché, pour moi, la création du festival. C’était en plein mois de juillet avec la direction des espaces verts et de l’environnement (D.E.V.E). Toutes les filles de Fetart étaient en vacances, alors j’y suis allée seule, en T-shirt. Au bout d’un moment, quand tu enchaînes les rendez-vous, tu ne fais plus le même effort costume-cravate du début. J’y vais donc, je fais mon speech habituel, je donne le nombre d’abonnés Fetart, le nombre d’expositions que nous avons monté. Et en face de moi, j’avais Christophe Chaumont et Sylvie Depondt de la D.E.V.E. et ils étaient complètement partants. C’était simplement le bon moment, avec les bonnes personnes. Ils nous proposaient deux lieux. On a choisi le plus risqué des deux : le parc de Bagatelle qui était en dehors de Paris et qui n’avait pas d’habitude d’exposition photo. Ils nous proposaient aussi une ouverture de saison, février-mars, ce qui n’était pas le créneau le plus évident. Je suis sortie de ce rendez-vous, il faisait très beau, et je me souviens m’être dit : merde, c’est parti.

Christiane Seiffert, Circulation(s) 2014

Christiane Seiffert, Circulation(s) 2014

5 mois pour monter un festival

Les pistes de ce rendez-vous se sont confirmées en septembre. À partir de là, on a eu 5 mois pour monter cette première édition : appel à candidature, programmation, production, catalogue, accrochage, communication. Tout le monde s’est rendu disponible. On s’est appuyé sur nos partenaires qui nous ont suivi tout de suite. Chacun a apporté sa pierre. Je me souviens notamment de notre visite aux Gobelins lorsque l’on voulait inviter une école de photo dans la programmation. Par hasard, il y avait des books d’élèves présentés ce jour-là. On va donc y jeter un coup d’œil. Je suis tombée sur celui de Maia Flore (qui a fait l’affiche de la 1re édition, ndlr). Je lui ai demandé de venir à des lectures de portfolio que l’on organisait un peu plus tard. Elle venait tout juste de finir son cursus. Elle a rencontré toute l’équipe. Son travail a conquis toute l’association. On la sélectionne avec Lise Lacombe pour qu’elles représentent les Gobelins au festival Circulation(s). On connaît ensuite l’histoire de l’ascension extraordinaire de Maia Flore.

Maia Flore, Circulation(s) 2011

Ces 5 mois ont été une sorte de ruée, de course contre le temps, à la limite de l’inconscience. On est allées au bout de nos capacités, de nos idées, de nos forces. Mais je me souviens de nos têtes le jour du vernissage, on était atomisées de fatigue, mais heureuses. On l’est toujours depuis, mais, cette première édition est née d’un dépassement de soi. On était profondément heureuse d’avoir réussi notre défi.

Fetart depuis Circulation(s)

Depuis, Fetart a pris une dimension clairement plus internationale. On travaille beaucoup à la reconnaissance du festival à l’étranger, et on fait aussi en sorte que des structures étrangères soient plus connues en France. On est devenu un vrai vecteur d’échange pour les photographes.

Delphine Schacher, Circulation(s) 2014

Delphine Schacher, Circulation(s) 2014

Le projet, au centre de tout

Cette première édition m’a appris que tout projet est un véhicule. Tu le portes autant qu’il te porte. Certaines personnes vont arriver en cours de route, d’autres seront là dès le début, certaines s’arrêteront en chemin et remonteront ensuite… Chacun apporte quelque chose au projet, qui est très généreux en retour. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai compris comment fonctionne un partenariat. L’accompagnement d’une marque ne doit pas se résumer à un contrat commercial. Le projet est au cœur de cet échange. Pour que le partenariat soit pérenne, les accompagnateurs doivent être absolument convaincus du projet. Celui-ci doit leur correspondre complètement. Le projet prime sur tout le reste, et c’est parfois dur de l’admettre. Le festival Circulation(s), nous nous sommes toutes sur-investies pour le faire naître. Aujourd’hui, il doit grossir et ce, grâce à des personnes extérieures au noyau créateur. Alors on lâche prise afin que d’autres se l’approprient et le portent à leur tour.

Propos de Carine Dolek, recueillis par Molly Benn

Jean-François Spricigo, Circulation(s) 2014

Jean-François Spricigo, Circulation(s) 2014

[/columns]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here