Home Non classé Direction le Brésil : Paraty em Foco 2013

Direction le Brésil : Paraty em Foco 2013

355
0
SHARE

Du 18 au 22 septembre avait lieu à Paraty, petite ville côtière de l’Etat de Rio de Janeiro, la neuvième édition de l’un des festival de photographie les plus importants du Brésil: Paraty em Foco.

Il n’existe pas de plus bel endroit pour accueillir un festival de photographie. Paraty, cette petite ville en bord de mer dont l’architecture de l’époque coloniale est restée intacte, est un vrai paradis. Entouré d’îles, le centre historique est composé de magnifiques maisons blanches bordées de liserés jaune, bleu ou rouge, et ses ruelles offrent un sol parsemé de pierres irrégulières sur lesquelles on sautille pour se rendre aux expositions.

[columns width= »1/2″]

Un festival innovant

Cette année, le festival s’est ouvert sur le thème de “l’extrême” en présentant des projets d’artistes qui incarnaient chacun à leur manière des formes différentes d’extrêmes photographiques. À chaque nouvelle édition, les organisateurs tentent de proposer de nouveaux dispositifs d’exposition ainsi que de nouvelles plateformes de discussion autour de la photographie et des arts visuels. Ainsi, pour cette 9e édition, en sus des nombreux workshops proposés par les photographes invités, et des conférences animées par le jeune critique et journaliste Cassiano Elek Machado, le festival proposait deux types d’expositions.

Des expositions « classiques », en intérieur, dans différentes galeries de la ville, et une majorité d’expositions extérieures sous formes d’installations de cubes avec impressions sur bâches et de panneaux. On remarquera notamment la présence d’un cube de 9 mètres de haut, surnommé la Tour de Babel par les organisateurs. Conçu par le curateur et éditeur indépendant, Claudi Carreras, ce cube présentait à la fois les travaux issus de l’appel à candidature sur Internet ainsi que la pièce vidéo multimédia de Lourdes Grobet, El Estrecho de Beiring.

Enfin, une fois la nuit tombée, prenaient place toutes sortes d’expositions éphémères, sous forme de projections sur les façades des maisons ainsi que sous la tente multimédia.

L’extrême photographique

Parmi les travaux qui ont marqué le festival, il a été question d’extrême dans la frontière entre réalité et fiction, notamment avec le désormais célèbre livre de Cristina De Middel, The Afronauts. Tête d’affiche du festival, l’artiste espagnole, qui après la sortie de son livre auto-édité en 2011, a fait le buzz dans le milieu du livre photographique et de l’édition indépendante, présentait pour la première fois cette série au Brésil. Ce petit livre, qui ressemble à un moleskine, édité alors à 1 000 exemplaires, est aujourd’hui épuisé, et n’est disponible qu’aux enchères sur Internet pour la modique somme de $5 000.

Lors de son entretien avec Cassiano Elek Machado, elle a présenté au public ses prochains livres et notamment Party, Quotations from Chairman Maotsetong, un nouvel ouvrage inspiré du Livre Rouge de Mao Tsé-Toung  qui joue sur la censure et le potentiel narratif des images. Pour les curieux, Party sera visible en novembre prochain lors du Salon Paris Photo.

En outre, le thème de l’extrême a été abordé au travers de sujets politiques, comme l’immigration en Afrique du Sud traitée de manière à la fois brute et poétique par l’objectif du photographe Pep Bonet. Ce photographe d’origine espagnole a cette année encore une fois remporté le World Press Photo dans la catégorie « Short Online » avec son film documentaire en noir et blanc intitulé Into the Shadows, mêlant images fixes et en mouvement. Il fait évoluer sans cesse sa pratique en s’adaptant aux nouvelles technologies et en proposant une alternative au photojournalisme “traditionnel”.

L’intervention du photo-journaliste chinois Li Zhensheng, pour la première fois au Brésil, a également été un des moment phare du festival. Ce témoin de la révolution culturelle chinoise a risqué sa vie pour garder cachés pendant des décennies des négatifs montrant des images indigestes de la dictature de Mao. Interviewé par le journaliste Raul Juste Lores, il est venu nous parler de cette expérience dangereuse mais nécessaire.

Enfin, il y a été question d’extrême des territoires géographiques avec El Estrecho de Bering, un des dernier travail de Lourdes Grobet.

L’œuvre de cette illustre photographe mexicaine a été marquée par sa singularité et sa capacité à se réinventer tout au long de sa carrière à travers des sujets complexes mais toujours emprunts d’une note d’humour, comme Lucha Libre, et sur la fascination du peuple mexicain pour cette pratique et le culte du masque.

El Estrecho de Bering traite de la symbologie actuelle de ce détroit de 92 km qui sépare l’extrême Sibérie orientale de l’extrême pointe occidentale de l’Alaska et qui, à l’époque de la guerre froide, a été séparé en deux par le « rideau de glace», frontière faisant bien évidemment référence au « rideau de fer » et empêchant la circulation des autochtones d’un côté à l’autre.

Ce nouveau travail propose au public un voyage énigmatique dans ce lieu qui, selon une théorie, aurait également été le passage qui aurait permis aux Africains de migrer vers les Amériques lors d’une possible gelée des eaux.

À travers ce projet multimédia d’une grande complexité, l’artiste tente d’interroger les notions pré-établies d’orient et d’occident ainsi que les structures de pouvoir qui en découle.

Bientôt 10 ans

Cette neuvième édition est donc un nouveau succès pour les organisateurs, même si l’on regrette l’absence de Nan Goldin, annulée à la dernière minute. L’année prochaine le festival fêtera ses 10 ans, on espère donc une programmation encore plus riche avec des invités d’honneur venus du monde entier pour nous faire découvrir leur travail et surtout de plus en plus d’innovations au niveau des expositions et des évènements satellites.

Si vous n’avez encore jamais mis les pieds au Brésil, c’est le moment de vous organiser !

[/columns]
[columns width= »1/2″ last= »true »]
Paraty em Foco, festival de photographie au Brésil

Torre de Babel (Tour de Babel), Estacionamento do Itae, Paraty, RJ, Sue-Elie Andrade-Dé ©

Paraty em Foco, festival de photographie au Brésil

The Afronauts, Cristina de Middel, Paraça Santa Rita, Paraty, RJ, Sue-Elie Andrade-Dé ©

[box type= »1″ width= »540″]

En savoir plus sur le festival Paraty em Foco

[list]

  • Le festival est né en 2005.
  • L’édition 2013 a eu lieu du 18 au 22 septembre.
  • 13 conférences.
  • 16 lieux d’exposition.
  • 20 worskshops.
  • La fréquentation était de 6 000 personnes en 2012.
  • Une partie de la programmation est soumise à l’appel à candidature « In Focus ». Consultez le règlement ici.

[/list]
[/box]


Agrandir le plan

[/columns]