Home Relire Société Qui photographie la tour Eiffel ?

Qui photographie la tour Eiffel ?

1838
5
SHARE

leo-delafontaine_08-a
leo-delafontaine_08-b
► ► ► Cet article fait partie du dossier Le tourisme comme vous ne l’imaginez pas

La tour Eiffel est sûrement le monument le plus photographié par les touristes séjournant à Paris. Prise sous tous les angles, par tous les temps, à toutes les heures de la journée et avec le matériel le plus divers possible, on a vraiment l’impression que, pour le coup, de cette dame de fer, on en a fait le tour. Alors pourquoi ces touristes venus des 4 coins du globe ne s’en lassent-ils pas ? Le photographe Léo Delafontaine est allé à leur rencontre et est revenu avec des photos.



leo-delafontaine_04-a
leo-delafontaine_04-b

Léo Delafontaine s’interroge : « Comment photographie-t-on le paysage français aujourd’hui ? » et pourquoi la tour Eiffel en particulier ? Dans le cadre du projet France(s) Territoire Liquide où pendant 3 ans, 43 photographes ont photographié la France de manière expérimentale pour en brosser le portrait actuel, Léo Delafontaine a voulu comprendre cette attraction pour la tour Eiffel qui, plus qu’une simple « prouesse architecturale », véhicule avec elle toute une symbolique. Comme une silhouette singulière et familière dont on aimerait garder le souvenir.



leo-delafontaine_02-a
leo-delafontaine_02-b


[pullquote type= »2″]

« Le mythe appelle le mythe. La tour Eiffel, comme la Joconde ou l’arc de Triomphe, ne sont plus simplement des œuvres d’art ou des prouesses architecturales, ce sont des symboles emblématiques et déraisonnés de Paris et de la France en général »

[/pullquote]

C’est bientôt les vacances et il va y avoir plein de gens qui vont venir photographier la tour Eiffel. Pourquoi tu as décidé de travailler sur ce lieu commun touristique ?

En fait, quand on m’a proposé de postuler pour le projet France(s) territoire liquide, j’étais bien embêté. Chacun devait soumettre une démarche expérimentale sur le territoire français. Or je dois dire que je connais assez mal la France et encore moins ses paysages. Même ma Normandie natale reste assez mystérieuse… Ce qui m’a débloqué, c’est cette notion d’expérimentation. J’ai retourné la question : « Comment photographier le paysage » s’est transformé en « Comment photographie-t-on le paysage français aujourd’hui ? » Je suis parti d’un constat simple : la France étant le premier pays touristique au monde et Paris la ville la plus touristique au monde, quelles sont ces images d’Epinal du territoire français ramenées par les touristes du monde entier ? Avec Paul Wombell, le directeur artistique de FTL, nous avons décidé de resserrer la série sur la tour Eiffel, qui reste le symbole parfait de Paris et de la France en général.



leo-delafontaine_15-a
leo-delafontaine_15-b

Quel était ton procédé ?

L’idée fut tout de suite de mettre en avant la notion de comparaison. Aussi j’ai installé un protocole assez précis où j’ai photographié tous les touristes prenant en photo la tour Eiffel qui rentraient dans mon cadre. Dans un second temps, j’ai récupéré les images de ces touristes pour constituer un diptyque entre l’acte de prise de vue et son résultat.

D’un côté tu as les photos des « photographes » et de l’autre les images réalisées ? Pourquoi avoir confronté ces deux éléments ?

J’ai l’impression d’avoir toujours entendu des affirmations comme quoi pour faire une bonne photo, il suffit d’être au bon endroit au bon moment. Avec cette série, on se rend compte qu’au même point de vue, avec le même sujet, chacun arrive à un résultat complètement différent. Chaque photographe, même amateur, possède sa sensibilité propre, dépend des conditions météorologiques, du choix de son matériel etc. De plus, la série cherche à mettre en avant la multitude des pratiques photographiques contemporaines : portables, jetables, compacts, reflex et j’en passe tout en proposant un impressionnisme contemporain grâce à la mise en relation des différentes photos entre elles.



leo-delafontaine_05-a
leo-delafontaine_05-b

Qu’est-ce que tu as appris en réalisant cette série ?

L’idée n’était pas ici de faire des jolies photos de la France mais bien d’expérimenter par rapport au médium, à ma pratique habituelle, et de réfléchir aux notions de style et de paysage. Quitte à échouer. Mais comme le dit Ali Taptik en exergue de son dernier livre (Cahiers N°02) : « There are no failed experiments. »
Par rapport aux touristes, je dois dire aussi que j’ai été impressionné par leur inventivité face à la tour Eiffel et ce, même si on m’a dit depuis que cette créativité se retrouvait face à n’importe quel autre monument de légende.

À ton avis, pourquoi cette envie de systématiquement faire une photo de la tour Eiffel ? Pourquoi c’est si mythique ?

Le mythe appelle le mythe. La tour Eiffel, comme la Joconde ou l’arc de Triomphe, ne sont plus simplement des œuvres d’art ou des prouesses architecturales, ce sont des symboles emblématiques et déraisonnés de Paris et de la France en général, qui sont mis en avant par tous les guides et que chaque touriste se doit de voir à Paris. Après, pour être remonté en haut de la tour Eiffel il n’y a pas si longtemps, c’est vrai que c’est vraiment très très impressionnant !



leo-delafontaine_01-a
leo-delafontaine_01-b

Tu as des anecdotes marrantes sur cette série ?

J’ai bien ri en général je dois dire. Les gens étaient toujours réceptifs en bienveillants par rapport au projet. J’ai eu quelques ratés mais je suis très content d’avoir finalement réussi à avoir des jeunes mariés dans la série. Récupérer la photo fut long et laborieux, mais ça valait le coup. S’ils avaient su ce jour-là qu’une de leurs photos de mariage se retrouverait exposée au Tri Postal de Lille quelques mois plus tard… Comme quoi, n’importe quelle image peut changer de statut selon ce qu’on décide d’y voir.



leo-delafontaine_14-a
leo-delafontaine_14-b

Est-ce que toi aussi tu fais des photos de lieu commun quand tu pars à l’étranger ?

Bizarrement, je n’ai jamais d’appareil photo sur moi au quotidien. Du coup, je n’ai jamais pris de photos de vacances. Ca va peut-être changer grâce à cette série. Je saurais maintenant quoi faire si je me retrouve face à l’Empire State Building avec un appareil photo… Selfie, effet d’échelle ou petits cœurs, j’ai l’embarras du choix…



leo-delafontaine_07-a
leo-delafontaine_07-b

► Voir aussi notre dossier sur France(s) Territoire Liquide : 43 photographes regardent la France aujourd’hui

5 COMMENTS

  1. […] Prise sous tous les angles, par tous les temps, à toutes les heures de la journée et avec le matériel le plus divers possible, on a vraiment l’impression que, pour le coup, de cette dame de fer, on en a fait le tour. Alors pourquoi ces touristes venus des 4 coins du globe ne s’en lassent-ils pas ? Le photographe Léo Delafontaine est allé à leur rencontre et est revenu avec des photos.  […]

  2. Oui on ne s’en lasse pas pas.
    Pour « preuve » 😉 mon travail photographique sur la Tour Eiffel et des images prises en 2012 lors la rénovation du 1er étage.
    Je vous invite à voir queques photos sur mon site internet.
    Vous pourrez faire parler du projet (livre et exposition autour de vous) ou bien carréement le soutenir.
    N’hésitez pas si vous avez des commentaires ou critiques (bonnes ou moins bonnes).
    Merci à toutes et tous qui visiteront ma page :
    http://guydah.free.fr/tour_eiffel.html
    Guyda, photographe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here