Home Environnement La photographie aérienne peut-elle sauver l’environnement ?

La photographie aérienne peut-elle sauver l’environnement ?

29
0
SHARE
Edward Burtynsky

OAI13HEBDO-SEMAINE

Popularisée avec La Terre vue du Ciel et Home, les projets de Yann Arthus Bertrand, la photographie aérienne ne fait pas que montrer les beautés de la nature. La démocratisation du drône a mené au développement de nombreux projets photographiques à visée environnementale. Dans cet ère d’industrialisation intense que nous vivons, la photographie aérienne joue son rôle, dénonçant les ravages écologiques causés par notre consommation excessive.


Le 20 avril 2010, la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon explose et laisse échapper 780 millions de litres dans la mer. Le désastre environnemental est sans précédent et durable. Si cet évènement fait la une des magazines pendant plusieurs jours, les scientifiques estiment aujourd’hui que 75% du pétrole déversé se trouve encore dans la nature. Le photographe espagnol Daniel Beltra témoigne de cette catastrophe naturelle. À travers des photographies aériennes au large de la Louisiane, il photographie des traînées de pétrole qui, vues d’en haut, semblent former un tableau fait d’orange et de bleu.

Daniel Beltra

Daniel Beltra

Daniel Beltra

Daniel Beltra

Le célèbre projet Water d’Edward Burtynsky s’attache, lui, à montrer la force de l’eau, cette ressource naturelle indispensable, et son exploitation et gaspillage à des fins industrielles. Ici, la photographie aérienne révèle des formes séduisantes mais abstraites. L’homme est loin de comprendre l’ampleur de son action, si ce n’est en prenant du recul. Au Canadian Geographic, le photographe déclare : « Une partie de l’histoire que j’essaye de raconter concerne le rapport entre l’homme et son environnement naturel. L’industrie et les sociétés utilisent des ressources naturelles et les retraitent pour le marché à une échelle beaucoup plus importante que 2 siècles auparavant ».

Edward Burtynsky

Edward Burtynsky

Edward Burtynsky

Edward Burtynsky

Le photographe irlandais David Thomas Smith n’est pas à proprement parler un photographe aérien. Il se sert des images réalisées par les satellites et en fait des montages inspirés des motifs de tapis persans. Le rendu final donne une image symétrique mais complètement fouillis. Une impression de grandiose se dégage de ses images qui, pourtant, se dressent contre la complexité du monde capitaliste. Entre réalité et fiction, l’artiste veut amener le spectateur à s’interroger sur les conséquences de ce nouvel ordre mondial.

David Thomas Smith

David Thomas Smith

David Thomas Smith

David Thomas Smith

Tous les projets de photographies aériennes cités ci-dessus ont une visée écologique. Néanmoins, dans ces clichés, la dénonciation n’est pas nécessairement visible au premier abord. La photographie aérienne esthétise naturellement son sujet par son caractère impressionnant. Personne ne peut nier l’extrême beauté des images de Daniel Beltra, Edward Burtynsky ou David Thomas Smith. Edward Burtynsky admet lui-même dans une interview laisser l’interprétation de ses images au lecteur : « les photographies que je réalise sont ouvertes à l’interprétation ». Et c’est exactement là que se trouve la clé de ce style photographique. En prenant de la hauteur, le photographe permet au spectateur d’avoir une vision de ce qui est invisible à terre. Loin de choquer par ses images, il propose un autre point de vue et permet à tous de s’interroger sur les conséquences de nos actions. L’un de ces projets photographiques vous a-t-il ouvert les yeux ?