Home Non classé Tomoyuki Sakaguchi photographie la banlieue de Tokyo

Tomoyuki Sakaguchi photographie la banlieue de Tokyo

835
0
SHARE
Tomoyuki Sakaguchi

editorial

Dans cette carte blanche accordée à Kuma-Eyes, agence de photographes japonais, Xavier Gautruche, fondateur et directeur, nous propose de découvrir le photographe Tomoyuki Sakaguchi. Découvert en 2002 avec sa série de portraits de gens oppressés dans le métro, « Mado », il se distingue aujourd’hui par un travail coloré sur la banlieue de Tokyo. En s’inscrivant dans une photographie de paysage, il capture une banlieue terne en longue exposition. Il réveille ainsi les couleurs d’un lieu de vie peu photographié. Interview.

[columns width= »1/2″]

« Mado », la solitude dans la foule

La série « Mado », réalisée en 2002, révèle des portraits de voyageurs dans un métro bondé, souvent collés contre la vitre, dont le regard se perd dans le vide. La foule, si sa présence est ressentie dans l’image, se fait pourtant totalement invisible car notre regard est forcément attiré par celui, absent, des personnes photographiées.

« Home », la banlieue retrouve des couleurs

Tomoyuki Sakaguchi photographie la banlieue ouest de Tokyo avec son appareil numérique. Il traîne son appareil photo près de chez lui, dans les endroits qu’il fréquente quotidiennement, où il a un véritable lien urbain. Le sentiment de solitude se fait également sentir par l’absence de lien social dans ces images.

OAI13 : Pourquoi êtes-vous photographe ?
Tomoyuki Sakaguchi : J’étais ingénieur mais je n’étais pas adapté à la vie d’entreprise. J’ai toujours voulu faire quelque chose qui me fasse vivre des expériences extraordinaires. Un été, je suis parti en vacances avec mon appareil photo, mais je n’ai jamais voulu retourner au bureau. Devenir photographe était la seule alternative à laquelle je pouvais penser.

OAI13 : Où avez-vous étudié ?
T-S : Après avoir démissionné, j’ai commencé des cours du soir à l’université de photographie. J’ai également assisté à des workshops, notamment celui de Masato Seto. Cela m’a permis de développer une démarche sérieuse. Et j’ai passé des concours comme Hitotsubo Award et Foto Premio au Japon.

OAI13 : Quelles sont vos influences ?
T-S : Je m’inspire beaucoup de la génération de « photographes japonais du Web », c’est-à-dire ces photographes qui se sont développés sur un blog ou sur un tumblr. Je m’intéresse aussi beaucoup à l’esthétique des dessins animés et des jeux vidéo. Je suis plus sensible à une « pure » photographie plutôt qu’à de l’art contemporain qui utilise le medium photographique.

OAI13 : Comment est né le projet « Home » ?
T-S : « Home » est né d’une envie de photographier les lieux dans lesquels je vivais. J’ai commencé à capturer les banlieues ouest de Tokyo. Au début, je me limitais à des lieux à moins de 5 mn de chez moi et petit à petit, j’ai élargi mon cercle de travail. J’ai aussi déménagé deux fois, ce qui m’a permis de diversifier les lieux photographiés.

OAI13 : Quel regard portez-vous sur la photographie japonaise contemporaine ?
T-S : Je pense qu’il y a deux mouvements actifs en ce moment dans la photographie japonaise. Le premier se base dans la continuité d’un courant traditionnel de la photographie instantanée noir et blanc. L’autre mouvement est issu de la jeune « zine culture » européenne. Je ne me classe ni dans l’un ni dans l’autre. Mais je trouve que la richesse de ces démarches est passionnante.

[/columns]
[columns width= »1/2″ last= »true »]
[box type= »1″]

KUMA-EYES

Kuma-Eyes est une structure qui s’attache à promouvoir par le biais d’expositions, de participation aux festivals et manifestations culturelles ciblées ainsi que d’éditions, les travaux documentaires et artistiques de photographes japonais confirmés ou émergents.
[/box]
Tomoyuki Sakaguchi

Tomoyuki Sakaguchi

Tomoyuki Sakaguchi

Tomoyuki Sakaguchi

[/columns]
Tomoyuki SakaguchiTomoyuki SakaguchiTomoyuki SakaguchiTomoyuki SakaguchiTomoyuki Sakaguchi

Tomoyuki Sakaguchi

SHARE
Previous articleEXPO | Sélection spéciale photographie japonaise
Next articleRevue Web | 21.11.13
Molly Benn a co-fondé OAI13 en septembre 2013. Elle en a été la rédactrice en chef jusqu'en 2015. Elle est maintenant Community Editor FR pour Instagram. Ses opinions sur OAI13 sont les siennes et pas celles d'Instagram.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here