Home Non classé Sylvie Meunier sauve des photographies de leur disparition

Sylvie Meunier sauve des photographies de leur disparition

1423
0
SHARE

Sylvie Meunier se passionne pour la photographie anonyme. À partir d’images orphelines qu’elle trouve en brocante ou dans les boîtes d’Emmanuelle Fructus, elle se raconte des histoires : le rêve américain, les repas familiaux, les photos ratées… Dans sa dernière série, Avant que tu ne disparaisses, Sylvie essaye de « sauver » des photographies de la disparition en se les appropriant.

| Interview par Molly Benn | Toutes les images © Sylvie Meunier, courtesy galerie Binôme



Sylvie-Meunier-01


► ► ► Cet article fait partie du dossier : MOIS DE LA PHOTO 2014 | #01 : Anonymes et amateurs célèbres


Sylvie-Meunier-02

Quelle est l’histoire de cette série ?
Cette série est pour moi au cœur de mes interrogations sur le travail que je mène autour de ces images d’anonymes. Au départ la volonté « d’arrêter » le temps en stoppant le processus d’effacement de ces images (les photos utilisées sont appelées photos-carte de visite, c’est un format de photographie qui apparaît autour des années 1855 et qui rencontre un fort succès auprès d’un très large public, donc il y a eu énormément de ce type de photographies et beaucoup de ces images nous arrivent aujourd’hui abimées, effacées – les assauts du temps sur des images pas toujours très bien fixées, développées rapidement…).

Ces images me permettent d’interroger la question de la disparation, d’apparition, de trace. Des images qui se livrent lentement, qui se révèlent petit à petit. Entre voir et ne pas voir / L’absence et la présence cohabitent ensemble dans une même image.



Sylvie-Meunier-03


Sylvie-Meunier-04


Sylvie-Meunier-05

OAI13 : Quel procédé as-tu choisi pour montrer ces images ?
Sylvie Meunier : J’ai fait des recherches sur comment reproduire ces images en étant le plus juste possible par rapport à ce que j’avais envie de dire. Un support fragile, souple, qui laisse passer la lumière et qui permette aux images d’apparaître et de disparaitre, d’offrir une lisibilité multiple ou chacun pourra se construire sa propre image.

J’ai arrêté mon choix sur le tissu (des tissus en soie, très fins, très transparents, qui laissent passer la lumière). Les images sont reproduites à l’aide du processus de sérigraphie (procédé manuel – c’est par contact avec le support que l’image va se révéler, les encres vont se déposer sur les tissus et faire corps avec la matière, elles vont traverser le tissu).
Le même portrait est sérigraphié sur deux tissus différents et superposés avec quelques centimètres entre les deux. Ce jeu de superposition permet de voir de manière multiple, en se déplaçant, le visage se dévoile autrement, selon le point de vue nous ne voyons pas la même chose, pas la même expression.



Sylvie-Meunier-06


Sylvie-Meunier-07

As-tu une assurance que ces images ne disparaîtrons jamais ?
Non, aucune assurance, elles vont forcément disparaître un jour, tout est voué un jour ou l’autre à ne plus être là… Le pourquoi ne pas les laisser disparaître, est une vaste question…
Ces images sont plus un prétexte à une réflexion, à des questionnements, qu’une volonté de ne pas les laisser disparaître.
C’est plutôt montrer avant qu’elles n’existent plus.



Sylvie-Meunier-08


Sylvie-Meunier-09


Sylvie-Meunier-10

Vous aimez le magazine? N’hésitez pas a nous suivre sur Facebook

[/box]

Cette exposition fait partie du MOIS DE LA PHOTO 2014

Plus d’infos :

  • Sylvie Meunier – Avant que tu ne disparaisses
  • Galerie TSL | 1 novembre 2014 – 29 novembre 2014
  • 63 rue Vaneau, 75007 Paris
  • Entrée gratuite
  • Site internet de Sylvie Meunier : instantanesordinaires.net
SHARE
Previous articleRevue Web | 28.10.14
Next articleC’était mieux maintenant : les fantômes de Daisuke Yokota
Molly Benn a co-fondé OAI13 en septembre 2013. Elle en a été la rédactrice en chef jusqu'en 2015. Elle est maintenant Community Editor FR pour Instagram. Ses opinions sur OAI13 sont les siennes et pas celles d'Instagram.