PARTAGEZ SUR :

Le compte twitter de la jeune syrienne d’Alep Bana Al Abed n’est plus accessible depuis dimanche soir. Du quartier de Massaken Hanano que l’armée syrienne vient de reprendre des mains des rebelles, elle y racontait son quotidien dans une Syrie en guerre.


Depuis septembre, Bana Al Abed, 7 ans, partageait sur son compte Twitter géré par sa mère Fatemah son quotidien dans la ville assiégée d’Alep. Le 15 novembre dernier, l’armée syrienne a lancé une vaste offensive afin de reprendre la totalité de la ville, et bombarde le quartier de Massaken Hanano, là où vivait Bana et sa famille. Aux mains des rebelles depuis l’été 2012, il est depuis quelques jours sous le contrôle des forces du régime de Bachar al-Assad. Comme de nombreux autres habitants de la zone, la famille fut contraint de quitter leur maison pour échapper aux bombardements, et le 27 novembre, sa mère Fatemah tweetait ce qu’elle croyait être son dernier message : « Dernier message – sous de lourds bombardements maintenant, nous ne pouvons plus vivre. Quand nous mourrons, continuez à parler de nous. Au revoir. – Fatemah. », attirant l’attention des médias du monde entier.

Elles réapparaissent le lendemain sur le réseau social, nous apprenant que la famille est bien en vie, mais les nouvelles qui s’égrènent les jours suivants sont loin d’être réjouissantes : une maison détruite, des menaces de mort, et une absence de soins, de nourriture, d’eau potable compromettent la santé de la jeune fille.



bana_alabed_01
« C’est mon coin lecture où je voulais commencer à lire Harry Potter, mais il est bombardé. Je n’oublierai jamais. – Bana« . Capture d’écran du compte Twitter de Bana, @AlabedBana, avant sa désactivation



bana_alabed_03
« Appel au monde – Bana et moi avons reçu des menaces de mort et nous sommes convaincus que l’Armée Syrienne va nous prendre pour cible bientôt à cause de notre compte et de nos messages.« . Capture d’écran du compte Twitter de Bana, @AlabedBana, avant qu’il soit désactivé



bana_alabed_02
« Je suis malade maintenant, je n’ai ni médicaments, ni maison, ni eau potable. Cela me fera mourir avant même qu’une bombe ne me tue. – Bana #Aleppo« . Capture d’écran du compte Twitter de Bana, @AlabedBana, avant qu’il soit désactivé


Dimanche 4 au soir, le compte Twitter a disparu. Dans son dernier tweet, Fatemah prédit leur arrestation par les forces du régime syrien : « Nous sommes sûrs que l’armée va nous capturer désormais. Nous nous verrons un autre jour cher monde. Au revoir. Fatemah #Alep« . Une recherche de la jeune fille a été immédiatement lancé sur Twitter sous le hashtag #WhereIsBana :



« #WhereIsBana ? Retweetez s’il vous plait. »


« Le compte Twitter d’ @AlabedBana, la jeune fille de 7 ans tweetant depuis #Alep a été supprimé. #WhereIsBana ? »


« Partager #WhereIsBana ne concerne pas seulement Bana mais tous les syriens en difficulté. Priez pour leur sécurité. »

La journaliste syrienne Zaina Erhaim, connue pour son blog sur lequel elle partageait également son quotidien à Alep, semble être en contact avec la famille et a tenu à rassurer la twittosphère après la disparution du compte :


« #BanaAlabed et sa maman vont bien et sont toujours à Alep. Elle ont décidé de disparaitre pour une certaine raison. Respectez cela s’il vous plait et laissez leur intimité. #Syria »

Quelques tweets de Bana, des photos de son quotidien et de la solidarité que son compte a suscité :



bana_alabed_04
« Bonne après-midi depuis #Alep Je lis pour oublier la guerre.« . Capture d’écran du compte Twitter de Bana, @AlabedBana avant qu’il soit désactivé



bana_alabed_05
« Du Japon à Bana. – Fatemah #Aleppo« . via Slate



bana_alabed_06
« Nous écrivons pour oublier les bombardements. – Bana #Alep« . via Slate



bana_alabed_08
« L’armée est entrée, ce pourrait être nos derniers jours à parler sincèrement. Pas d’Internet. S’il vous plait, s’il vous plait, s’il vous plait priez pour nous. – Fatemah. #Alep« . via independent.co.uk



bana_alabed_07
« Ce soir, nous n’avons pas de maison, elle est bombardée et je suis tombée dans les décombres. J’ai vu des morts et j’ai failli mourir. – Bana #Alep« . Capture d’écran du compte Twitter de Bana, @AlabedBana avant qu’il soit désactivé



Image à la Une : capture d’écran du compte Twitter de Bana, @AlabedBana avant qu’il soit désactivé