Home Non classé Pourquoi suis-je photographe #2 | Rémi Chapeaublanc

Pourquoi suis-je photographe #2 | Rémi Chapeaublanc

898
0
SHARE

Gods and Beasts

Il y a 6 ans, j’étais ingénieur en bioinformatique, spécialisé en traitement d’images médicales. Les algorithmes d’analyse 3D de mouvement sur des IRM de cerveaux étaient mon quotidien. Un beau jour j’ai voulu changer de boite, et j’ai trouvé un poste à l’institut Curry en microscopie électronique. Ils ont refusé ma demande de mi-temps pour me perfectionner à la photo à côté. J’ai refusé le poste et me suis lancé tête baissée dans un milieu que je ne connaissais absolument pas. Est-ce par hasard ou par erreur que je suis devenu photographe ? Je ne sais plus. Aucun des deux peut-être.



remi-chapeaublanc-Magda

Ce qui m’émeut et me surprend à chaque fois dans la photographie, c’est comment ce médium peut être aussi figé et novateur à la fois ! C’est juste incroyable. Parfois j’ai l’impression de revoir encore et encore la même chose, quand soudain « BOUM » des gens inventent de nouvelles images, de nouvelles méthodes, de nouveaux sentiments… Je crois que je trouve la photographie aussi chiante qu’elle est ahurissante.



remi-chapeaublanc-Touriste

Pour moi la photo n’est pas seulement un métier, un art ou une vocation, c’est surtout un ensemble, une vie ou plutôt une façon de vivre. Je ne suis pas photographe pour être célèbre, ni pour faire passer un message ; je suis photographe pour me sentir libre de vivre comme je l’entends. Un jour, je ne le serais peut être plus, et ce n’est pas grave, je deviendrais autre chose.
À vrai dire ce que je trouve le plus compliqué dans le fait d’être photographe, c’est justement de garder cette indépendance d’expression, tout en se pliant aux exigences économiques du métier. Pour l’instant je pense avoir trouvé mon équilibre instable, pour la suite nous verrons.

Texte et photos de Rémi Chapeaublanc : remichapeaublanc.com