Home Relire Vu sur le web Revue Web | Liberté artistique et mécénat : retour sur l’affaire Carmignac

Revue Web | Liberté artistique et mécénat : retour sur l’affaire Carmignac

615
1
SHARE

Le 11 septembre dernier, la lauréate 2014 du prix Carmignac pour le photojournalisme, l’iranienne Newsha Tavakolian, poste sur Facebook un long statut dans lequel elle annonce sa décision de rendre son prix de 50 000 euros.

La photojournaliste a travaillé sur la génération de trentenaires iraniens et a refusé l’ingérence du mécène, Mr Carmignac, dans son sujet. Ce dernier insistait pour faire le choix des images et aurait tenté d’imposé un titre qui ne convenait pas à la photographe.



La journaliste Claire Guillot, sur leMonde.fr, énonce les propos des différents acteurs. Selon la fondation Carmignac, Newsha Tavakolian n’a pas fourni le travail qu’elle était censé accomplir. Selon Newsha Tavakolian, Carmignac aurait souhaité voir des images plus spectaculaires, ce qu’elle se refuse à faire. Enfin, le jury du prix prend parti pour la photographe en soulignant la finesse et l’intelligence du travail.

A lire sur : lemonde.fr


newsha-tavakolian

Sur Liberation.fr, Gilles Renault rappelle en fin d’article les différentes bourdes ayant marqué l’histoire du prix Carmignac :

A lire sur : liberation.fr


newsha-tavakolian_02

Enfin, vendredi 26 septembre, le service communication de la fondation Carmignac a envoyé un mail intitulé « La liberté artistique a un prix » pour annoncer le changement de son règlement.

Le communiqué de presse énonce : « Depuis sa création, le débat fait partie intrinsèque du Prix. Cependant, sa 5ème édition consacrée à l’Iran a provoqué un débat d’une autre nature et nous regrettons profondément l’antagonisme qui a été créé entre la Lauréate, Newsha Tavakolian, et la Fondation Carmignac. Si nous n’acceptons pas les allégations de censure, contraires aux principes fondateurs du Prix, nous estimons que le débat engagé a néanmoins posé les bonnes questions sur les rôles respectifs du Jury et du mécène. »

La fondation Carmignac a décidé de confier la direction artistique au président du jury, la galeriste iranienne Anahita Ghabaian, et Sam Stourdzé, nouveau directeur des Rencontres d’Arles. La fondation s’engage également à faire évoluer son prix afin de garantir la liberté artistique.

Newsha Tavakolian acceptera-t-elle les nouvelles conditions de Carmignac ?

1 COMMENT

Comments are closed.