Home Non classé Les mots de Marloes Krijnen, fondatrice d’Unseen

Les mots de Marloes Krijnen, fondatrice d’Unseen

782
1
SHARE
Rinko Kawauchi, Christophe Guye Galerie

La 2e édition de la foire néerlandaise Unseen ouvre le 26 septembre 2013. Après le succès international de cet évènement organisé par l’institution néerlandaise, le FOAM réitère son initiative avec pour objectif d’asseoir ce rendez-vous de la photographie « unseen ». Our Age Is Thirteen a rencontré Marloes Krijnen, directrice du Foam et fondatrice de la foire Unseen. Elle place cette 2e édition sous le signe de l’accessibilité et la qualité.

[columns width= »1/2″]

Rencontre avec Marloes Krijnen, directrice du FOAM et fondatrice de la foire Unseen

Age13 : Comment définiriez-vous la mission du FOAM aujourd’hui ?
Marloes Krijnen : Le FOAM permet aux gens à travers le monde d’accéder à de la photographie, que ce soit dans notre musée à Amsterdam ou à travers notre magazine trimestriel.
Le FOAM s’adresse aux photographes, iconographes, designers et tous ceux qui ont une passion pour la photographie. On se concentre particulièrement sur les expositions, les publications, les débats et quelques projets spécifiques à des thèmes contemporains. Bien sûr, les grands photographes tiennent une place importante dans notre programmation mais nous essayons de donner de l’espace aux artistes émergents.

Age13 : Qu’est-ce qui vous inspire dans la photographie ?
Marloes Krijnen : La capacité de ce médium à me surprendre tous les jours.

Age13 : Quelle est la place du FOAM aujourd’hui à l’échelle internationale ?
Marloes Krijnen : Il est toujours difficile de répondre à ce genre de question quand on n’a pas le recul nécessaire pour le mesurer. Notre volonté est de montrer la photographie dans sa diversité et ce, à grande échelle. Quand vous visitez le FOAM, vous pouvez regarder le travail d’un photographe historique à côté de celui d’un étudiant fraîchement diplômé. Mais nous somme plus que le simple musée de la rue Keizersgracht à Amsterdam. Avec notre magazine, la foire Unseen et nos multiples collaborations, nous espérons contribuer à la dynamique de la photographie dans le monde, surtout en terme de talents émergents. Nombre de nos initiatives se concentrent sur la photographie émergente parce que nous pensons qu’il est essentiel de fournir une plateforme de visibilité pour ces travaux. Je crois que nous sommes de plus en plus reconnus pour ce que nous faisons dans ce secteur et pour la qualité des photographies que nous sélectionnons, par exemple dans notre numéro annuel Foam Magazine Talent.

Age13 : Vous avez créé la foire d’Unseen. Quel est votre objectif à travers ce projet ?
Marloes Krijnen : Unseen a pour objectif d’être une foire accessible à tous ceux qui s’intéresse à la photographie. Avec plus de 50 galeries participantes, un programme diversifié, des conférences et des films, nous avons créé un évènement pour les amoureux de photographie. Et parce que nous nous concentrons sur la photographie émergente, et les travaux non révélés, c’est une représentation parfaite de ce qui se passe dans le monde de la photographie aujourd’hui.
Unseen est aussi une foire qui a pour but de faire acheter de la photographie. Ainsi, nous avons commencé la « Unseen Collection », un ensemble de travaux auquel chaque galerie a contribué. Ces œuvres seront vendues moins de 1 000 € et elles auront leur propre exposition, dédiée tout particulièrement pour les premiers acheteurs.
Le festival offre une opportunité unique pour les visiteurs. Unseen rassemble les nouveaux travaux de photographes renommés aussi bien que ceux de nouveaux talents avec un grand potentiel. Par exemple, vous pouvez voir le nouveau projet de Viviane Sassen à côté de celui du talent japonais Daisuke Yokota.
Il n’y a nulle part ailleurs ou on aurait une chance de voir et d’acheter tout ceci sur une seule foire.

L’année dernière, nous avons accueilli 22 000 visiteurs et nous comptons bien dépasser ce nombre.

Age13 : Quels sont les critères de sélection d’un photographe montré à Unseen ?
Marloes Krijnen : Pour nous, il y a deux manières de voir la photographie émergente. D’une part, la foire donne une place pour de jeunes photographes afin qu’ils puissent présenter et vendre leur travail. D’autre part, Unseen permet aussi aux photographes renommés l’occasion de présenter de nouveaux travaux a un large public.

Age13 : Y a-t-il un risque à investir dans de la photographie émergente ?
Marloes Krijnen : Sans doute de tomber amoureux du travail d’un photographe et d’avoir envie de l’acheter ! Pendant le festival, les visiteurs sont vraiment face a des travaux de grande qualité, venant du monde entier. Quand on se risque a investir dans quelque chose de nouveau et d’excitant, il y a toujours la possibilité, qu’avec le temps, on ait découvert de l’or !

[/columns]
[columns width= »1/2″ last= »true »]

© Daisuke Yokota

Carolle Benitah, Esther Woerdehoff

© Carolle Benitah

Rinko Kawauchi, Christophe Guye Galerie

© Rinko Kawauchi

Todd Hido, Unseen 2013

© Todd Hido

[/columns]

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here