Home Non classé Albin Millot met les frontières de la France en lumière

Albin Millot met les frontières de la France en lumière

1586
1
SHARE

La notion de frontière est de nos jours une question sujette à de nombreux débats. Le projet du gouvernement socialiste de transformer la France en un pays de 14 [maintenant 13, ndlr] régions et non 22 en est un bon exemple, tout comme les débats autour de l’espace Schengen à l’occasion des récentes élections européennes. Dans le cadre du projet France(s) Territoire Liquide, le photographe Albin Millot s’est intéressé aux frontières de la France. Interpellé par la contradiction entre le principe européen de libre circulation et l’existence de frontières, Albin est allé aux extrêmes de la France pour expérimenter les limites de son propre pays.


001-France-Espagne-Andorre-001<

► ► ► Cet article fait partie du dossier 43 Photographes regardent la France


a href= »http://www.ourageis13.com/wp-content/uploads/2014/06/002-France-Espagne-Andorre-002.jpg »>002-France-Espagne-Andorre-002003-France-Espagne-Andorre-003Auzat, pic de Médécourbe (42°36’12″N 1°26’33.83″E) – ©Albin Millot

« La libre circulation est surtout économique avant d’être humaine. Les frontières sont toujours bien présentes puisqu’on peut décider brusquement de les fermer. »

OAI13 : Comment t’es venu l’idée de travailler sur les frontières ?

Albin Millot : Dans les semaines qui ont suivi le premier printemps arabe, environ 4000 tunisiens ont cherché à venir se réfugier en France. Malheureusement, ils ont été bloqués à la frontière Franco Italienne car Nicolas Sarkozy, ex-président de la République française, et Silvio Berlusconi, ex-président du conseil italien, s’étaient réunis pour un sommet d’urgence afin de fermer les frontières européennes. J’ai été très surpris d’apprendre que les accords Schengen permettaient de subitement fermer des frontières à l’intérieur de l’Europe. Ça m’a même choqué.

Je me suis donc interrogé sur cette notion de frontière que j’avais presque oubliée. Depuis la création de l’Europe, on nous a bercé de beaux discours et d’idéaux selon lesquels les hommes peuvent circuler librement à l’intérieur de cet espace. Mais finalement, la libre circulation est surtout économique avant d’être humaine. Les frontières sont toujours bien présentes puisqu’on peut décider brusquement de les fermer. Du coup, j’ai décidé d’aller les voir ces frontières. Je me suis demandé à quoi ressemblaient les limites de la France.


013-France-Suisse-Italie-001014-France-Suisse-Italie-002015-France-Suisse-Italie-003Chamonix-Mont-Blanc, mont Dolent (45°55’21.24″N 7°2’39.82″E) – ©Albin Millot

Comment as-tu décidé de représenter ces frontières ?

Je voulais montrer qu’une frontière est difficilement perceptible, mais elle est pourtant bien présente. Toutes mes images sont extrêmement denses. Les frontières sont représentées avec des repères lumineux que j’ai moi même précisément placés dans le paysage en me rendant sur place.

Je définis d’abord 10 points très précis sur la carte, ensuite je me fixe un périmètre de 5km autour de ces points, espace dans lequel je ne rentrais qu’à pieds. Délimiter ces frontières, ça n’a pas été qu’un exercice photographique. C’était aussi une vraie épreuve physique, j’ai marché pendant des heures et des heures pour trouver les points de repères. Toute cette aventure a été un vrai un défi personnel.

cartealbinVoici les points qui ont été définis par Albin et sur lesquels il a travaillé.

Qu’est-ce qu’elle t’a apporté cette quête de la frontière française ?

Au début, c’est vrai que je suis parti d’une colère politique. Mais assez vite, ce projet est devenu une aventure très personnelle. Tout se passait entre moi, le paysage et le terrain. J’ai passé beaucoup de temps seul à marcher, et j’ai énormément réfléchit à ma position en tant qu’être humain sur terre. Le fait de trouver un point précis géographique et de savoir où se situe exactement ce point au moment où je m’y trouve, ça m’a apporté une grande satisfaction. Dans notre vie de tous les jours, c’est assez rare de s’interroger sur notre position géographique exacte…

1 COMMENT

  1. […] Suite au printemps arabe le photographe français Albin Millot s’intéresse à la notion de frontière (suite à la fermeture de la frontière franco-italienne pour bloquer l’arrivée d’immigrés tunisiens). Il est donc allé, à pied, placer précisément des repères lumineux dans le paysage avant de les photographier, une vraie épreuve physique et intellectuelle. Plus d’info sur l’interview de oai13. […]

Comments are closed.