Home Non classé Elena Chernyshova et Miho Kajioka, nos coups de coeur des Boutographies

Elena Chernyshova et Miho Kajioka, nos coups de coeur des Boutographies

569
0
SHARE

Comme chaque année depuis 14 ans, les Boutographies ont pour ambition de montrer un échantillon de la jeune photographie européenne au Pavillon Populaire de Montpellier. Cette année parmi les 15 photographes, OAI13 vous présente ses deux coups de cœur : Elena Chernyshova et Miho Kajioka.

Elena Chernyshova, Jours de nuit et nuits de jours

Elena Chernyshova est russe. Elle est arrivée en France à vélo il y a cinq ans et s’est installée dans le sud de la France.



elena-chernyshova_08

Bercée dans l’enfance par des contes nordiques, elle rêvait depuis longtemps d’aller expérimenter la vie dans une ville polaire, là où il fait nuit et froid assez longtemps. C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée à passer près de 8 mois à Norilsk, la plus grande ville de l’extrême nord, située à 400 km au-dessus du cercle polaire. Aucune route ne mène à Norilsk, seul un voyage en avion permet d’y atterrir. La ville exploite des sources minières et fait tourner des usines métallurgiques.

Là-bas, la température moyenne est de -10° et peut descendre jusqu’à -55°, le soleil ne se lève pas pendant 9 mois et la ville figure parmi le top 10 des endroits les plus pollués. Elena Chernyshova a voulu étudier photographiquement les capacités d’adaptation de l’être humain dans des conditions extrêmes.

Site internet : elena-chernyshova.com


elena-chernyshova_07

elena-chernyshova_09

elena-chernyshova_10

elena-chernyshova_06

elena-chernyshova_05

elena-chernyshova_04

elena-chernyshova_03

elena-chernyshova_02

elena-chernyshova_01



Miho Kajioka, As it Is

Miho Kajioka a commencé par étudier la photographie. Mais alors qu’elle se consacrait naïvement à cette passion en voulant photographier la beauté, elle évoluait avec des jeunes qui tous avaient des histoires dures.



miho-kajioka_10

Elle est alors revenue à son premier amour, la beauté. Partout où elle passait, elle s’est mise à photographier les détails qui captaient son œil : le beau, même là où chaos fait loi. La série de Miho Kajioka s’appelle « As it is », en français « C’est ainsi ». Aux yeux de la nature, il n’y a ni bonheur ni malheur, il n’y a que le naturel et la beauté qui en émergent.

Site internet : mihokajioka.com


miho-kajioka_09

La photographe écrit :

« Deux mois après le désastre, alors que j’étais en reportage dans la ville de Kamaishi, où plus de 800 personnes ont péri, j’ai trouvé des rosiers en fleur derrière un immeuble dévasté. Ce mélange de grâce et de destruction a évoqué pour moi ce poème japonais du moine Zen Dogen :


Au printemps, fleurs de cerisier
A l’été, le coucou
En automne la lune, et en
Hiver la neige, claire, froide


Les roses que j’ai vues à Kamaishi fleurissaient simplement parce que c’était le printemps. »

miho-kajioka_08

miho-kajioka_07

miho-kajioka_06

miho-kajioka_05

miho-kajioka_04

miho-kajioka_03

miho-kajioka_02

miho-kajioka_01