Home Relire Photojournalisme Photojournaliste, pourquoi j’ai décidé de m’installer en Ukraine

Photojournaliste, pourquoi j’ai décidé de m’installer en Ukraine

858
1
SHARE

Le Zoom Photo Festival de Chicoutimi présentait le travail de Brendan Hoffman sur les révoltes sur la place Maidan qui ont eu lieu à Kiev cette année. Alors que la situation de conflit perdure dans l’Est de l’Ukraine, le photographe américain a décidé cette année de s’installer à Kiev, la capitale du pays. Il nous explique pourquoi.

| Interview par Molly Benn | Toutes les images : © Brendan Hoffmann / Getty


euromaidan_01 © Brendan Hoffman / Getty Images


OAI13 : Comment es-tu arrivé à Kiev la première fois ?
Brendan Hoffman : Je suis photojournaliste freelance pour Getty Images. Je vis à Moscou. Quand j’ai vu des manifestations commençaient à éclater à Kiev, j’ai contacté mon éditeur pour savoir s’ils avaient du monde sur place. J’avais besoin de travailler. Je suis arrivé là bas le 3 décembre dernier.

Qu’est-ce qui t’as visuellement marqué lors de ce premier voyage ?
Ce n’était pas difficile de faire des images. J’avais pris une chambre à l’hôtel, je suis arrivé dans la soirée. J’ai simplement déposé mes affaires et j’ai commencé à travailler tout de suite. Les Ukrainiens faisaient du feu dans des barils. Il y avait de la fumée. La lumière, la foule… La ville de Kiev était très visuelle. Je suis resté une semaine et bien sûr, le jour où je suis parti, les forces de l’ordre sont arrivé pour nettoyer la place. La protestation augmentait, alors je suis immédiatement reparti et j’y suis resté une autre semaine.

Et que s’est-il passé après ?
Au milieu du mois de décembre, la situation était assez stable. J’avais fait assez d’images alors je suis parti aux États-Unis. Mais les évènements ont pris une nouvelle ampleur au mois de janvier. Le parlement avait voté des lois qui avaient pour objectif de mettre au fin aux manifestations. C’est l’inverse total qui s’est produit. De plus en plus de personnes envahissaient les rues. J’ai immédiatement quitté New York pour Kiev.


euromaidan_02 © Brendan Hoffman / Getty Images


Pourquoi as-tu décidé de t’installer là bas ?
Je vivais à Moscou depuis environ un an. Je n’aimais pas particulièrement cette ville. Elle est chère, très grande et très peuplée. Je n’y trouvais pas vraiment de « bon vivre ». Par contre, j’avais quelques amis à Kiev qui à la fois y travaillaient et y vivaient. Alors je me suis décidé à déménager. On ne le croirait pas vu d’ici, mais Kiev est une ville tranquille. La vie y est beaucoup moins chère. La campagne est accessible facilement. Pour moi, cette ville est un paradis. Et puis, l’essentiel de mon travail est en Ukraine, dans l’Est du pays.

Est-ce plus facile d’habiter dans le pays quand tu y couvres un conflit ?
Oui. Je suis en contact quotidien avec les problématiques ukrainiennes. Le fait d’y vivre me permet de comprendre les gens, la culture, le mode de pensée. De plus, ça coûte très cher de travailler dans l’Est de l’Ukraine. Entre l’hôtel, le chauffeur, le traducteur, la nourriture, je dépense environ 400 dollars par jour. C’est la guerre donc si vous voulez un chauffeur ou un traducteur, il faut y mettre le prix. Alors le fait de vivre dans le pays même me permet quelques économies.

Pourquoi, alors que tu es originaire des États-Unis, t’intéresses-tu à ce pays ?
J’ai toujours été fasciné par l’histoire de la Russie et des pays d’ex-URSS. J’ai envie de savoir ce qu’ils deviennent maintenant. Bien sûr, l’héritage soviétique constitue une partie de leur identité, mais ça ne fait pas tout. Je crois que l’Europe et les États-Unis n’ont pas une bonne compréhension de cette zone géographique et cela engendre des problèmes politiques importants. Typiquement, ce qu’il se passe en Ukraine aujourd’hui est le résultat direct d’une incompréhension entre la Russie et l’Occident. Je veux aider à la compréhension de ces pays.



Trouver Brendan Hoffman sur Internet : brendanhoffman.com

Vous aimez le magazine? N’hésitez pas a nous suivre sur Facebook


SHARE
Previous articleLes nuits schizophrènes de Yoon A Mi
Next articleRevue Web | 18.11.14
Molly Benn a co-fondé OAI13 en septembre 2013. Elle en a été la rédactrice en chef jusqu'en 2015. Elle est maintenant Community Editor FR pour Instagram. Ses opinions sur OAI13 sont les siennes et pas celles d'Instagram.

1 COMMENT

  1. […] "Le Zoom Photo Festival de Chicoutimi présentait le travail de Brendan Hoffman sur les révoltes sur la place Maidan qui ont eu lieu à Kiev cette année. Alors que la situation de conflit perdure dans l’Est de l’Ukraine, le photographe américain a décidé cette année de s’installer à Kiev, la capitale du pays. Il nous explique pourquoi. […]"  […]

Comments are closed.