PARTAGEZ SUR :

Bonjour, voici la #Sélectiondujeudi 73, votre indispensable dose de photojournalisme hebdomadaire.


Cette semaine, nous avons le grand bonheur de partager les travaux de Jérome Lorieau, Nicolas Vieira, Hugo Aymar, Sophie Triniac, Lionel Macor et Marylise Vigneau.

Vous pouvez nous soumettre vos images en cliquant sur ce lien, vous pouvez retrouver également les archives de la #Sélectiondujeudi en cliquant .

Vous pouvez aussi vous abonner à la revue EPIC, ici ou commander nos anciens numéros, .

JM-G

▼ ▼ ▼ ▼ ▼


Jerome Lorieau | Hans Lucas

Jerome_Lorieau

SITE INTERNET / INSTAGRAM / FACEBOOK

Cette photographie a été prise en janvier 2011, mois pendant lequel j’ai exploré les Shetlands. Durant cette période, j’avais notamment suivi Peter, crofter, possédant un bout de terre sur la côte Est de l’île à Cunningsburgh. À l’instant où j’ai pris cette photographie, Peter s’apprêtait à retirer du foin de la botte afin de nourrir ses vaches. Les chiens tournaient autour, espérant attraper quelques souris. Bien mal leur en avait pris de construire leur demeure sous la paille. Alors que nous discutions, la composition de cette scène m’est soudainement apparue.




Nicolas Vieira

Les lions prennent la pose pour la clientèle de l'établssement

SITE INTERNET / FACEBOOK / TWITTER / INSTAGRAM

Le 28 janvier 2017, les Lions sont de sortis. Année du Coq on fête le Nouvel an chinois à l’hôtel de luxe Shangri-La à Paris. Les lions sont animés par l’école de Kung-Fu Pak Mei de Lao Wei San. Ils dansent et se déplaçent dans chaque pièce de l’établissement pour chasser les mauvais esprits. Ici, les lions prennent la pose pour la clientèle de l’établissement.




Hugo Aymar | Haytham Pictures

Hugo_Aymar

SITE INTERNET / FACEBOOK / INSTAGRAM / BLINK

Un enfant se réveille dans l’un des entrepôts de la gare de Belgrade, le 27 janvier 2017. Depuis plusieurs mois des centaines de jeunes hommes afghans et pakistanais ont trouvé refuge dans des entrepôts désaffectés de la gare centrale de Belgrade. La plupart d’entre eux ont déjà essayé de franchir la frontière hongroise sans succès et espèrent, sans beaucoup d’espoir, la réouverture des frontières européennes. Installés en plein cœur de Belgrade, ils demeurent oubliés et presque invisibles aux yeux de l’Europe. Alors que les températures sont récemment descendues sous les moins 10°, ils essayent de survivre dans des conditions sanitaires déplorables.




Sophie Triniac | Hans Lucas

Sophie_Triniac

SITE INTERNET / INSTAGRAM

Je me suis rendue sur cette montagne qui surplombe Gênes. Gênes est bloquée entre la mer et la montagne, qui font d’elle une ville prisonnière. Ce cheval se promenant sur la route a contredit cette sensation d’enfermement ; il m’a regardé de son regard fier et libre.




Lionel Macor

2016-09-14-0008-original

SITE INTERNET / FACEBOOK / INSTAGRAM

Marabout Camara donne ses consultations dans la chambre de ses filles. Dans la cité DLM « Derrière Les Murs », à Villiers-Le-Bel, France, 2016.

Cette image est issue d’une série en cours sur les derniers ilôts « mystiques » au sein de la société française.




Marylise Vigneau | Anzenberger

Marylise_Vigneau

SITE INTERNET / FACEBOOK / INSTAGRAM

Au centre de la Havane, sur le toît de l’ancien hôtel Astor transformé en appartements depuis la Révolution, un homme guette une eau qui n’est plus arrivée depuis deux jours. Les images sont muettes mais une femme hurle de fatigue et d’exaspération sur ce même toît tandis que deux étages plus bas un homme colle son oreille sur une canalisation désespérément silencieuse.

Cuba dépend en grande partie de la pluie pour son approvisionnement en eau. Les dernières années ont été très sèches et l’état de délabrement des canalisations à la Havane exacerbe le problème. L’eau se perd et se gâche.



▼ ▼ ▼ ▼ ▼


En savoir plus sur Epic Stories : À mi chemin entre magazine et livret d’art, la revue EPIC-stories redonne la parole aux jeunes photojournalistes. Tous les trois mois, quatre photographes nous confient une histoire racontée en images. Ils nous expliquent comment ils ont conçu cette histoire et pourquoi. C’est leur regard sur le monde qui s’exprime.